Approvisionnement en eau potable à l’école primaire de Loudima

Les maladies infectieuses telle la diarrhée englobe l’amélioration de l’accès à l’eau et à un environnement sanitaire adéquat, ainsi que la promotion à l’échelle scolaire des bonnes pratiques d’hygiène. Pour ce faire, les enfants de l'école Loudima gare dans la Bouenza (sud) ont désormais accès à l'eau potable grâce au projet McGovern-Dole du gouvernement des USA géré par l’Unicef et PAM Congo.

C’est la représentante de l'UNICEF au Congo, Micaela Marques de Sousa qui a inauguré la borne fontaine avant d’aider la jeune Sarah à se laver les mains pour la première fois dans l’enceinte de son école.

Les efforts visant à doter les écoles congolaises d’ouvrages d’eau potable se heurtent au manque de ressources en eau dans les domaines scolaires.

Une école primaire sur cent au Congo ne dispose pas d’eau potable et des milliers d’enfants ne disposent pas de service d’eau potable de base à l'école. Il en va de même pour une école secondaire sur dix.

Si l'éducation est la clé pour aider les enfants à échapper à la pauvreté, l'accès à l'eau et à l'assainissement est essentiel pour aider les enfants à maximiser leur éducation en toute sécurité. Ne pas en tenir compte, c'est négliger le bien-être et la santé des enfants. La présence d'eau potable, de toilettes et de savon pour se laver les mains dans les écoles apporte un environnement d'apprentissage sain pour les enfants.

Les enfants qui apprennent à connaître l’eau potable, l’assainissement et les habitudes d’hygiène à l’école peuvent renforcer les comportements positifs dans leurs foyers et leurs communautés.

Cependant, des milliers d’enfants se rendent chaque jour à l’école dans des environnements d’apprentissage peu sûrs, sans eau potable, sans toilettes adéquates et sans savon pour se laver les mains avant de manger, et en sortant des latrines.

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo Brazzaville