Guy-Brice Parfait Kolelas sera enterré le 11 juin prochain en région parisienne

Selon une information relayée de sources concordantes, Guy-Brice Parfait Kolelas sera enterré le 11 juin prochain dans l’après-midi au cimetière du Bourget, ville dans laquelle il résidait pendant ses séjours en France.

L'opposant congolais, Guy-Brice Parfait Kolelas, principal rival de Denis Sassou N'Guesso à la présidentielle du 21 mars dernier, est décédé,  à l’âge de 61 ans, des suites du Covid-19 lors de son évacuation sanitaire vers la France, le 22 mars 2021.

L'opposant avait été testé positif au Covid-19 et n'avait pu animer son dernier meeting de campagne à Brazzaville.

A quelques heures du scrutin, il avait publié une vidéo dans laquelle il affirmait "se battre contre la mort".

"Mes chers compatriotes, je me bats contre la mort, mais cependant, je vous demande de vous lever. Allez voter pour le changement. Je ne me serais pas battu pour rien", avait affirmé dans cette vidéo M. Kolelas, alité, affaibli, juste après avoir retiré un masque d'assistance respiratoire.

"Levez-vous comme un seul homme. Faites-moi plaisir. Je me bats sur mon lit de mort. Vous aussi, battez-vous, pour votre changement. Il en va de l'avenir de vos enfants", avait-il ajouté avant de remettre son masque.

Suite à l’ouverture d'une enquête, confiée à la section criminelle, sur la recherche des causes de la mort de l'opposant Guy Brice Parfait Kolelas, le corps du défunt a été autopsié le mardi 23 mars dernier, à l’Institut médico-légal de Paris.

Selon les résultats de l’autopsie rendus publique par le procureur de la République près le tribunal judiciaire de Bobigny, Guy Brice Parfait Kolelas est décédé d’un diabète déséquilibré par le covid-19.

«Une insuffisance cardio-respiratoire due à une pneumopathie diffuse sévère bilatérale compatible avec la constatation médicale congolaise de Covid 19, la contamination au virus SARS-CoV-2 étant confirmée par la virologie moléculaire. »

Les examens toxicologiques n’ont pas mis en évidence une substance nocive quelconque, ayant pu entraîner la mort.

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner