Législatives et locales 2022 : le sous-préfet Adrien Mavoungou pour un scrutin apaisé et sans incidents à Moungoundou-Nord

Sept jours avant l'ouverture officielle de la campagne électorale et en rapport avec ses obligations administratives, le sous-préfet de Moungoundou-Nord dans le Niari (sud), Adrien Mavoungou a invité cette semaine,  ses compatriotes à accomplir dans la dignité leur devoir civique le 10 juillet prochain lors du premier tour des élections législatives et locales.

«L'idéal pour nous est que grâce à la compréhension et l'implication de tous, nous puissions parvenir à un processus électoral apaisé et sans incidents de nature à compromettre la quiétude, la paix et la sécurité dans notre circonscription. Chacun, à quelque niveau qu'il se trouverait (administration, candidats, électeurs et non électeurs) devra se prémunir de bien d'égarements susceptibles de conduire malheureusement au déchirement du tissu social harmonieux actuellement observé dans le district de Moungoundou-Nord », a déclaré le sous-préfet de Moungoundou-Nord, Adrien Mavoungou lors d’une communication au Commandement de la Force publique , les chefs et secrétaires des quartiers et villages, les responsables des partis et groupements politiques, les responsables des confessions religieuses, le bureau des sages et notabilités, le bureau de la Jeunesse et le bureau du Réseau pour l'Autonomisation de la Femme de Moungoundou-Nord.

«La démocratie au Congo est une option constitutionnelle. Cette option est irréversible et nous devons tous travailler à atteindre ses objectifs en mettant en exergue les valeurs de tolérance et de cohésion sociale au centre de toute action y relative. C'est donc un défi permanent dont chaque habitant de Moungoundou-Nord doit en avoir pleine conscience. Ainsi, au nom de Monsieur le Préfet du Département du Niari et en sa qualité de garant de l'Autorité de l'Etat, j’invite les filles et fils de Moungoundou-Nord à sauvegarder les acquis, et que les élections à venir ne constituent nullement l'occasion des règlements de comptes. Ici dans ce district, tous vous vous connaissez, et vous avez des liens familiaux qui ne vous autorisent pas de s'entre-déchirer pour des élections car la vie continuera après celles-ci », a-t-il ajouté.

Le sous-préfet de Moungoundou-Nord a mis en garde tous ceux qui, dans sa circonscription, auraient des velléités de vouloir saper les efforts que déploient le Président de la République, Denis Sassou N’Guesso et son gouvernement, en vue de maintenir le climat de paix et de sécurité sur l'ensemble du territoire nationale en général et de Moungoundou-Nord en particulier.

A l'occasion, le Commandement de la Force Publique dans le district a été instruit quant à déférer sans complaisance tout individu qui se donnerait le malin plaisir de troubler l'ordre public pendant cette période électorale et au-delà. Moungoundou-Nord qui n'a besoin que de son développement harmonieux et solidaire, doit rester uni et indivisible. Et chacun doit militer à cela en dépit des obédiences politiques respectives.

Adrien Mavoungou a demandé que cette communication soit relayée au niveau de toutes les structures administratives, politiques et sociales.

On rappelle que la Direction générale des affaires électorales (DGAE) a clos, le 7 juin dernier, l’inscription des candidats aux élections législatives et locales du 10 juillet prochain, au Congo-Brazzaville. Les listes définitives sont désormais affichées.

Dans certaines circonscriptions l’on s’attend à de grands duels entre des candidats du pouvoir, d’une partie de l’opposition qui a choisi de participer et même des indépendants.

Plus de 570 candidats vont s’affronter pour tenter d'arracher les 151 sièges de la chambre basse du Parlement. Le taux de participation sera l'un des principaux enjeux de ce scrutin qui se déroulera en deux phases : le 4 juillet pour les forces de défense et de sécurité, et le 10 juillet 2022 pour le reste de la population congolaise.

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner