Elections législatives : Clément Mouamba tacle Thierry Moungalla à Sibiti

A Sibiti, la capitale départementale de la Lékoumou (sud), on ne badine pas avec le droit d’ainesse. Dans le cadre des élections législatives du 16 juillet au Congo-Brazzaville, les péripéties auront déjoué tous les pronostics. Au Parti Congolais du Travail (PCT, parti au pouvoir), c’est le scrutin de toutes les surprises. La première grande surprise est le fait que le Premier ministre, Clément Mouamba, détrône son ministre de la communication Thierry Lézin Moungalla dans la commune de Sibiti.

Au-delà des anecdotes et des petites histoires qui font le miel des amoureux de la politique et qu’on répète avec gourmandise ou amertume d’élections en élections, les surprises nous disent plusieurs choses essentielles sur notre vie politique et la singularité des élections législatives.

Elles démontrent d’abord que la démocratie congolaise demeure, en dépit des critiques qu’elle inspire.

Elles mettent enfin en lumière l’importance de l’inattendu, de l’imprévu, cette fragilité des équilibres politiques qui fait tout le sel et le piquant de la politique, ce film à rebondissements qui rendrait presque fade n’importe laquelle des séries dont les congolais sont si friands.

Ces surprises au sein du PCT peuvent-elles ouvrir sur de nouveaux enfermements ou sur une nouvelle espérance ? Le mois de juillet prochain sera crucial.

Germaine Mapanga

banner