Thierry Moungalla échange avec les artistes sur le reversement des droits d’auteur et de diffusion des œuvres des musiciens sur les médias

Le ministre congolais de la Communication et des Médias, Thierry Moungalla a reçu ce vendredi à Brazzaville, le célèbre musicien Pape God et le bureau de l’Association des Musiciens Congolais. Au menu : le problème du reversement des droits d’auteur et de diffusion des œuvres des musiciens sur les médias.

«Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine », selon l’Article 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les artistes congolais ne demandent pas la lune. Ils demandent, à devoirs égaux, les mêmes droits que les autres car nombreux sont maintenus dans une précarité indigne d’un pays pétrolier.

Sociétés d’auteurs inexistantes ou inefficaces, piratage... Le manque à gagner est important pour les artistes congolais, qui peinent à profiter de leur succès.

Depuis plusieurs années, ils manifestent toujours leur inquiétude devant la dégradation de leurs conditions de travail et de vie. Les points de cristallisation restent la perception de leurs droits, d’une part, et l’accompagnement social quasi inexistant, d’autre part.

Lassés de se retrouver toujours en situation de précarité et d'assistés, impuissants à la dégradation de leur vie, les créateurs des œuvres de l’esprit tancent le Bureau congolais du droit d’auteur (BCDA). Les artistes-musiciens congolais en particulier considèrent que le BCDA ne remplit plus socialement, institutionnellement et professionnellement ses missions depuis des décennies.

La principale défaillance pointée du doigt concerne la répartition insatisfaisante des redevances collectées. Le manque à gagner pour les artistes congolais du fait du non-paiement de leurs droits d’auteur est énormissime.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner