Rétablir au plus vite une base des relevés des actes d'état-civil à Makélékélé

Les événements du 4 avril dernier ont entre autres dégats, provoqué la destruction de toutes les archives d'état-civil de la commune de Makélékélé. Le maire a lancé un appel à ses administrés afin de reconstituer lesdites archives.

La perte n'est pour l'instant pas perceptible pour certains, car ils n'en mesurent pas encore les conséquences.

Hormis ceux qui ont perdu leurs documents déposés à la mairie pour légalisations ou qui attendaient la délivrance d'un acte d'état-civil quelconque, dans quelques jours, ceux qui auront égaré leur acte de naissance et qui seront confrontés à l'urgence de s'en procurer un duplicata, se rendront eux aussi compte de l'immensité de la perte.

L'incendie de la mairie de Makélékélé a détruit plus de cinquante ans d'archives liées aux hommes et aux femmes qui vivent dans cet arrondissement.

L'urgence s'impose donc afin de reconstituer une base de relevés d'état-civil. C'est le but de l'appel du maire de Makélékélé, Maurice Kiwoundzou à ses administrés.

''Je demande à ceux qui sont nés à Makélékélé et qui détiennent encore leur acte de naissance, de venir me rencontrer munis de leurs originaux ou duplicata pour nous permettre de reproduire d'autres archives''.

Si l'authenticité des actes de naissance en cours de signature à la survenue des événements peut être actée par les maternités, les autres documents sont à reconstituer.

Acte de naissance, acte de mariage, permis d'occuper, permis de construire et tous les autres documents soumis à la signature du maire ou délivrés par la mairie devront avoir une existence légale.

Arielle KAMBISSY

banner