Présidentielle 2021 : L’ Eglise catholique s’est vu refuser le droit d’observer le déroulement du scrutin par les autorités

Au Congo-Brazzaville, le scrutin se déroule avec moins d’observateurs que prévus. Du côté des observateurs nationaux, ils sont près d’un millier sur le terrain ce dimanche, selon l’un des vice-présidents de la commission électorale. Cela aurait pu être beaucoup plus si l’Eglise catholique ne s’était pas vu refuser l’accréditation des quelques 4 000 observateurs qu’elle a formés et pensait déployer.

On rappelle que le 2 février dernier, les évêques congolais ont tenté d’ouvrir une brèche en exprimant publiquement leurs « sérieuses réserves » quant au prochain scrutin et en demandant un dialogue national, l’indépendance effective de la justice, la libération des prisonniers politiques et l’instauration du principe d’alternance au pouvoir.

Deux jours plus tard, par la voix du ministre de la communication, Thierry Moungalla, le régime de Brazzaville réagissait sur les ondes de RFI : il choisissait de minimiser les doutes émis par l’épiscopat congolais.

Depuis, le climat s’est tendu, notamment sur les réseaux sociaux, faisant craindre des intimidations et des répressions, comme lors de la précédente élection présidentielle, en 2016.

Jean-Jacques DOUNDA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner