Présidentielles 2016 : Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou candidat

« Jamais deux sans trois ». Après deux tentatives infructueuses, en 2002 et 2009, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou se remet en lice pour la présidentielle de mars prochain.

 C’est sous la bannière de son ONG ’’La Chaîne’’, dont il est le président que le député Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou va se lancer dans la bataille. Il a déclaré sa candidature à l’élection présidentielle le 6 janvier à Brazzaville. Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou est le tout premier à s’être porté officiellement candidat.

Devant des militants entièrement acquis et bien décidés à le porter sur le fauteuil présidentiel, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou a affirmé sa volonté de gouverner le Congo autrement, à travers la défense des valeurs et des principes qui fondent son action et auxquels il croit fermement.

Et comme pour en esquisser les grands traits, il a du haut de la tribune martelé : « Ma vision du Congo doit prendre corps dans les valeurs de tolérance et d’acceptation mutuelle entre les Congolais pour construire et consolider l’unité nationale. ces valeurs sont aussi celles de la bonne gouvernance qui implique la bonne gestion des affaires publiques, l’alternance politique démocratique, le strict respect de la Constitution, des lois et règlements établis, la lutte contre la corruption et toutes les autres formes de passe-droits que s’offrent impunément certains Congolais, le rétablissement de l’autorité de l’État, l’équité et l’égalité des chances ».

Au nombre des propositions dont Joseph Kignoumbi Kia Mboungou entend faire la priorité gouvernementale il y a le chômage des jeunes, un chantier.

Le député de la première circonscription de Sibiti constant sur sa réserve, a qualifié les réformes institutionnelles de recul démocratique matérialisé par le passage à marche forcée, à la nouvelle République de même il a regretté la crise politique d’octobre 2015 et l’annonce précipitée de l’élection présidentielle.

Aussi, Joseph Kignoumbi Kia Mboungou n’a pas caché ses ambitions révisionnistes. « Notre nouvelle Constitution a grand besoin d’être revisitée un jour pour un toilettage, une fois que la tempête de nos polémiques inutiles sera retombée. Ce toilettage devra se faire en tenant compte des impératifs démocratiques des temps actuels et des contraintes budgétaires. Aujourd’hui, avec l’effondrement du cours du baril de pétrole, il devient impératif de réformer en profondeur notre structure économique pour la sortir du tout-pétrole qui montre encore ses limites », a-t-il dit en substance.

Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou a dit s’être porté candidat « après avoir pendant longtemps consulté et écouté plusieurs personnes de toutes conditions, les membres de la Chaîne de Brazzaville comme de l’intérieur ». Aussi, n’a-t-il pas manqué de fustiger l’attitude de certains acteurs politiques pour avoir mis à mal l’unité nationale à cause de leur soif de pouvoir, pour les uns, et de leur boulimie de conservation du pouvoir, pour les autres.

Il en a appelé au bon sens du Chef de l’Etat pour que toutes les tendances politiques prennent part de bout en bout à l’organisation d’un processus électoral crédible. Ce qui permettrait à chaque candidat de proposer ses idées au peuple, pour que le nouveau chef de l’Etat puisse consacrer l’essentiel de son temps à la résorption des problèmes de chômage, d’éducation, de santé publique et de développement économique.

Benoît BIKINDOU

banner