Congo – Médias : Un atelier didactique, pour la formation des journalistes sur le processus électoral

À l'approche des élections législatives, départementales, et locales, un atelier de formation des journalistes sur le processus électoral a eu lieu à Brazzaville, sous l'égide du ministère de la Communication, du CSLC, du PNUD et de l'Unesco.

Dans de nombreux pays africains, les élections sont souvent source de violences socio-politiques.

Devant rendre compte des activités électorales depuis la période des campagnes, celle des votes ainsi que des résultats, avec le cas échéant des revendications, voire des troubles inhérents à ceux-ci, le journaliste est un acteur essentiel du processus.

Même si les causes fondamentales de ces situations déplorables sont le manque de culture du débat contradictoire et de l’acceptation de la défaite des urnes, pour assouvir leurs desseins de contestation et pousser le peuple à la révolte, voire l'inciter à la violence, les candidats utilisent bien souvent la presse. Alors, le journaliste devient un catalyseur, le vecteur par lequel le mal arrive.

Mais alors quel doit être la mission des médias dans ces périodes sensibles pour préserver la paix, la stabilité et la quiétude.

C'est pour mettre les journalistes et autres professionnels des médias face à leur responsabilités, et aussi leur donner des outils indispensables au balisage de leur action, que le ministère de la Communication, le Conseil supérieur de la liberté de communication et le PNUD ont rappelé ces fondamentaux souvent éludés, ou compromis par « le feu de l'action » politique, alors que les médias sont appelés à jouer un rôle déterminant pour accomplir avec impartialité, efficacité et professionnalisme, la mission d’information qui est la leur. 

Une vue des participants

L’intervention des médias dans l’organisation des élections est indispensable pour la simple raison qu’une élection juste, équitable, transparente et démocratique tient compte de deux facteurs essentiels que sont le climat et l’accessibilité aux informations.

L’électeur ayant besoin d’aller voter dans un climat propice doit avoir des informations sur les candidats et partis politiques, de même que leur programme de société afin de faire un choix éclairé et responsable. Il en est de même à la publication des résultats, moment sensible où le journaliste doit faire preuve de tempérance et surtout de hauteur de vue.

Étant la courroie de transmission entre les candidats et les électeurs, son rôle de contre-pouvoir et d’observateur indépendant doit être joué avec déontologie et une très grande impartialité.

En tout état de cause, une information exacte, vérifiée, équilibrée, neutre et respectueuse de la dignité humaine découle du degré de professionnalisme avec lequel elle est traitée.

Au cours de cet atelier, il a été également abordé la question de la subordination des journalistes à des personnalités politiques, moyennant finances. Cet état de fait bouscule bien souvent la capacité du journaliste à livrer aux électeurs une information objective, instructive et constructive traitée dans la plus parfaite orthodoxie.

La photo de famille

Cet atelier qui n'est pas le premier du genre, s'est voulu comme une piqûre de rappel pour les professionnels des médias appelés à garantir l'équilibre social à travers leur plume, leur micro ou l'objectif de leur caméra, en période électorale.

Bertrand BOUKAKA

banner