Congo – Coopération : Ali Bongo Ondimba à Brazzaville, une visite axée sur la sous-région

Congo – Coopération : Ali Bongo Ondimba à Brazzaville, une visite axée sur la sous-région

Les présidents Denis Sassou N’Guesso et Ali Bongo Ondimba ont exprimé, le 17 février dans la capitale congolaise, leur détermination à œuvrer davantage pour l’intégration régionale et le développement de l’Afrique centrale , à l'issue de la visite effectuée par le chef de l'État gabonais en terre congolaise.

Dans le communiqué conjoint sanctionnant cette visite, les deux chefs d’État se sont réjouis, de la décision prise par les États membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac) d’ouvrir intégralement leurs frontières à leurs ressortissants respectifs.

Dire que la visite du chef de l’État gabonais à Brazzaville s’est inscrite dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale. Aussi, le président Ali Bongo Ondimba a t-il eu des entretiens en tête-tête avec son homologue congolais Denis Sassou N'Guesso.

Les deux chefs d’État ont évoqué les sujets d’intérêt commun et la situation prévalant dans la sous-région. Ils se sont félicités de leur coopération bilatérale qui se traduit entre autres, par la réalisation des infrastructures routières communes et d’interconnexion de la fibre optique.

Les deux présidents ont en outre souligné la nécessité de renforcer la sécurité transfrontalière et demandé l’activation de la commission mixte de dialogue politique et de la commission mixte permanente de sécurité transfrontalière.

En sa qualité de président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, Denis Sassou N’Guesso a informé son hôte des conclusions du sommet tenu, le 14 février à Kinshasa, en République démocratique du Congo, avec ses homologues Joseph Kabila et João Lourenço d’Angola.  

Le chef de l’État gabonais, président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), a invité son homologue congolais de la tenue, le 6 mars à Libreville (Gabon), du sommet du conseil de paix et de sécurité de la région.    

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville