Brazzaville : Début des travaux de remblayage de l’érosion de Sadelmi

Depuis quelques jours, les engins de travaux publics sont à pied d’œuvre au niveau de l’érosion du quartier Sadelmi, dans le septième arrondissement de Brazzaville, Mfilou-Ngamaba en vue de remblayer le gigantesque ravin, avant la saison des pluies.

L’érosion en cours de traitement a déjà causé plusieurs dégâts. Les coulées de boue qui y provenaient, à chaque saison des pluies, sont en partie la cause de l’ensablement des habitations, notamment au quartier "l’Ombre", à Mfilou, ayant déjà rendu impraticable l’avenue Ngamaba, qui est la principale porte d’entrée au septième arrondissement, en partant de Moukondo.

L’érosion a aussi rasé quelques habitations et porté entorse aux pylônes de la société Energie électrique du Congo qui, en 2018, était l'initiatrice des travaux de réhabilitation qui n’ont pas pu arrêter les glissements de terrain.

En dépit de l'urbanisation sauvage qui a conduit à l’installation des populations sur des zones inconstructibles, le manque de canalisations conséquentes et le mauvais drainage des eaux de pluie restent les principales causes des érosions. En cela, certaines sociétés de travaux publics ne sont pas exemptes de tout reproche.

En juin 2016, le président congolais, Denis Sassou N’Guesso avait demandé au premier ministre Clément Mouamba, de mettre en place un Comité interministériel chargé de gérer le problème des érosions qui se pose dans les villes de Brazzaville et Pointe-Noire.

Pour les populations touchées par les érosions ou en passe de l'être, l'urgence commande que les actions de ce comité soient opérationnelles le plus vite possible.

Si pour certaines érosions, les actions consistent dans l’immédiat à arrêter le ravinement par le rebouchage au moyen de grandes quantités de terre, pour d'autres, de grands travaux s'imposent.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner