Denis Malanda pour l'inscription de la rumba congolaise au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l’Unesco

L’un des meilleurs chroniqueurs de la musique congolaise et Maître de cérémonie, Denis Malanda milite pour l'inscription de la rumba congolaise, style majeur de la musique africaine, au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l’Unesco.

Après la musique polyphonique des Pygmées Aka de RCA et le Tambour du Burundi, l'Afrique centrale avance à grand pas vers l'inscription d'un troisième élément sur la liste représentative du patrimoine immatériel de l'humanité.

Issu de la rumba cubaine des années 1930, ce style musical qui a su résister à l’usure du temps, possède une grande notoriété en République démocratique du Congo (RDC) et au Congo-Brazzaville.

Le dossier, déposé l'année dernière auprès de l'Unesco, est défendu de part et d'autre du fleuve Congo par les deux pays qui en tirent leur nom.

Son inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco devrait embarquer la rumba congolaise sur la voie de la professionnalisation et, à terme, donner un statut à ses nombreux adeptes.

La décision devrait être connue avant la fin de cette année 2021.

La version cubaine de la rumba a, elle, déjà été admise par l'Unesco en 2016.

Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner