Congo – Décès de Dominique Ngoïe-Ngalla : Prière pour être enterré à Mandou

Le professeur Dominique Ngoïe-Ngalla est décédé le samedi 17 octobre 2020 au Centre Hospitalier de Melun-Sénart, dans le département de la Seine et Marne, en France.

Depuis l’annonce de ce décès, nombre de personnes évoquent l’immense œuvre littéraire du disparu, revisitant surtout son poème quasi testamentaire : ''Prière pour être enterré à Mandou''. Dans ce poème, l’humilité du ''Moi'' épouse l’éloquence des mots sobres qui dévoilent une pureté de l’âme que l’auteur ne peut hélas pas dissimuler.

De nombreux élèves et étudiants congolais ont planché sur ce texte en commentaire composé. Beaucoup en ont gardé en souvenir, cette interpellation de l’auteur à puiser dans le tréfonds d’eux-mêmes, pour se convaincre comme dans l’ecclésiaste : « vanité des vanités, tout est vanité ».

En ces douloureux moments où la nuit est descendue sur les paupières closes à jamais du poète, nous publions le poème ’’Prière pour être enterré à Mandou’’.

 « Lorsque la nuit sera descendue

Sur mes paupières closes à jamais

Et que ma carcasse humiliée

Demandera à retourner à ses origines,

Permets ô Dieu

Que je prenne mon repos parmi les ruines

De Mandou déserté par ses fils oublieux.

L’ouragan des passions ou l’effroi de la mort

Les dispersa par toute la terre

Où le soir, lorsque le cœur s’alourdit,

Ils se souviennent en pleurant.

Là couché sous un humble tumulus,

Comme tant d’autres fauchés,

Jeunes et vieux avant la funeste diaspora

J’attendrai l’heure du jugement.

Sur ce tertre sans gloire il n’y aura rien

Que de pauvres fleurs de champs

Et l’humble croix latine.

Et le passant avisant ce modeste mausolée

Lira avec un pleur au coin de son œil rougi :

Ici repose Dominique NGOIE-NGALLA

Un rien de mandouan qui ne fit rien pour sa patrie

Si ce n’est qu’il l’aima avec piété,

La paix sur lui et qu’il dorme tranquille.

Dominique Ngoïe-Ngalla »

Transcription : Benoît BIKINDOU/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner