Si la facture n’est pas réglée avant le 30 octobre, les étudiants congolais vont devoir quitter l’université privée de Marrakech

L’université privée de Marrakech au Maroc menace d’arrêter la délivrance des prestations : scolarité, résidence et restauration à l’endroit des étudiants congolais envoyés par le Ministère de l’Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, si aucun paiement n’est effectué d’ici au 30 octobre prochain, indique la note signée, le 7 octobre dernier, par la directrice des opérations de ladite université, Fatima Zohra El Mehdi.

Le document souligne, en effet, que l’Etat congolais doit plus de huit (08) millions d’euros, soit 5 247 300 205 FCFA.

L’université privée de Marrakech a multiplié les rappels au Ministère de l’Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi.

« Chacune des relances n’a rencontré que des promesses non tenues », souligne le document en précisant que la partie marocaine n’a jamais failli à ses obligations sur cette collaboration qui a débuté au titre de l’année académique 2014-2015.

Si la démarche de l’université privée de Marrakech au Maroc peut paraître légitime de prime abord, tout citoyen congolais ayant le droit d’espérer un mieux vivre, peut aussi comprendre qu’au fur et à mesure que la crise financière qui secoue le pays s’enlise, le gouvernement peine à respecter certains cahiers de doléances dans la mesure où les jarres de l’Etat restent toujours bien percées.

La chute des cours du pétrole réduit de façon drastique les finances publiques. Le gouvernement a donc des difficultés à payer les salaires des fonctionnaires, les pensions des retraités et les bourses des étudiants…

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner