L’incivisme : cette autre plaie dont on ne parle pas assez !

On ne finira sans doute jamais d’égrener les maux qui minent la société congolaise. Le discours de la ministre de la Jeunesse et de l'éducation civique, Destinée Hermella Dougaka, dans le cadre de la célébration de la Journée du civisme, énonce quelques éléments du long chapelet : les comportements déviants en milieu jeune, la corruption dans les administrations publiques et privées, la concussion, la fraude, les vols et les viols, la cybercriminalité, la mauvaise utilisation des réseaux sociaux et bien d’autres sont autant des maux qui retardent le développement du pays.

L’objectif visé de cette journée placée cette année sous le thème : « Le civisme face aux défis du développement socio-économique et culturel », est de vulgariser la politique nationale en matière d’éducation civique, de promouvoir les activités socio-éducatives, culturelles et sportives en vue d’éveiller et d’affermir la conscience civique ainsi que la stimulation de l’esprit patriotique, la conception et la mise en œuvre des actions de formation pour le développement de la conscience civique.

«L’importance de cette journée répond à la nécessité d’un éveil pratique des Congolais au sens du patriotisme parce que le pays doit mener un véritable combat économique, culturel et technologique », a déclaré la ministre Destinée Hermella Dougaka, dans la déclaration du gouvernement lue en prélude à cette journée.

La Journée nationale du civisme sera marquée par une causerie-débat sur les différents thèmes, dans la salle de la préfecture de Brazzaville.

Institué en août dernier par le président de la République, Denis Sassou Nguesso, l’événement est célébré le 11 janvier, sur l’ensemble du territoire national.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville