La Cemac en guerre contre les circuits illicites des médicaments

Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique pharmaceutique commune des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), l’Organisation de coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique centrale (Oceac) en collaboration avec le ministère de la santé publique du Cameroun, a organisé à Douala, une conférence des ministres en charge de la santé des pays de la Cemac sous le thème « lutte coordonnée contre les faux médicaments et les circuits illicites des médicaments en Afrique centrale ».

L’objectif de ces assises, explique le ministre Camerounais de la Santé, André Mama Fouda, est de rendre opérationnelles et plus performantes les administrations centrales des services pharmaceutiques dans les pays de la zone Cemac. Pour atteindre cet objectif, indique-t-il, les Etats membres de la Cemac se sont engagés à mettre en place des directions ou des directions générales des pharmacies dotées de moyens humains, matériels et financiers conséquents pour leur permettre de remplir leurs missions.

Les participants aux assises de Douala sont invités à mettre en place des instances professionnelles fonctionnelles (ordres, syndicats et associations) chargées de veiller au respect de l’éthique et de la déontologie pharmaceutiques, de l’indépendance et de la défense des intérêts de la profession.

Lors de sa 13ème session tenue en février 2005 à Libreville, le conseil des ministres de la Cemac a donné mandat à son organisme chargé des questions de santé publique, l’Oceac, de conduire le processus d’harmonisation des politiques pharmaceutiques nationales en Afrique centrale.

Edwige KISSINGER

banner