Congo – Décès de Parfait Kolelas : Son frère Landry président du MCDDI brise le silence

Euloge Landry Kolelas est resté silencieux depuis le décès de son frère, Guy Brice Parfait Kolelas. Entre les intrigues entretenues par certains opportunistes vivant à salir sa personnalité ou les rumeurs fallacieuses soutenues par d’autres sur les causes du décès de son frères, le président du MCDDI a dans la pure tradition Kongo dont il respecte les préceptes, choisi de tout encaisser et de se taire, par respect pour la période de deuil d’au moins 45 jours. Ce délai désormais dépassé, Euloge Landry Kolelas a choisi de s’exprimer en toute responsabilité à travers un message publié samedi 19 juin à Brazzaville. Notre rédaction vous livre l’intégralité de ce texte empreint d’émotion.

« Chers sœurs et frères, membres du Comité National ;

Chers sœurs et frères, membres du Bureau Exécutif National ;

Militantes et militants ;

Sympathisantes et sympathisants;

Mesdames et Messieurs ;

Depuis le 22 mars 2021, la famille KOLELAS a été durement éprouvée par le décès de l’un de ses fils, en la personne du frère Guy Brice Parfait KOLELAS, décédé à Paris (France).

J’ai gardé le silence jusqu’à ce jour en raison du grand choc et de l’émotion profonde de cette disparition.

Par ailleurs, ce décès intervenu dans un contexte sociopolitique très particulier marqué par la campagne de l’élection présidentielle, scrutin du 21 mars 2021, à laquelle il a été candidat, m’a plongé dans un chagrin insurmontable et une douleur insupportable suite au vide créé par cette perte inoubliable, malgré nos divergences sur la conduite des affaires politiques.

Cette affirmation découle de mon expérience familiale, de mes souvenirs du temps vécu solidairement ensemble par les enfants KOLELAS durant la vie d’homme politique du Patriarche Bernard BAKANA KOLELAS.

En effet, je me rappellerai toujours que pendant les absences répétées du Patriarche, j’ai vécu avec mes frères et sœurs des moments faits de hauts et de bas tantôt à Ntsouélé, tantôt à Matingou Ma Mvouri, moments pendant lesquels, je garde personnellement à l’esprit, le souvenir des activités où mon frère Parfait et moi avons pratiqué la pêche, la cueillette voire la vente des produits ainsi trouvés aux marchés périphériques de Moukondo.

A mi-parcours de cette vie familiale émouvante, j’ai connu aux côtés de mes frères et sœurs d’autres épreuves, certes difficiles, mais qui ont raffermi davantage les liens de famille, je citerai particulièrement les disparitions de notre mère et notre père et tout récemment de celle de notre oncle, chef de famille.

Toutefois, la mort du patriarche Bernard BAKANA KOLELAS a été un événement douloureux pour la famille, mais elle a, cependant constitué un profond moment de méditation et d’intériorisation des précieuses orientations et recommandations dont la toile de fond demeure la paix, l’unité et la concorde nationale.

Militantes et militants ;

Sympathisantes et sympathisants;

Mesdames et Messieurs ;

Fort de ces orientations et recommandations, le MCDDI, pierre angulaire de l’ouverture démocratique au Congo, membre de la majorité présidentielle, avait réitéré son engagement politique à l’alliance MCDDI-PCT, socle de l’unité nationale et à Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO pour la paix, la stabilité du Congo.

Le choix de la paix, l’entente, la concorde nationale n’est pas une faiblesse, mais un choix de la raison.

Toutefois, je reconnais que la crainte, les pressions de toutes sortes et les difficultés du parcours politique peuvent conditionner la liberté de choix et mener aux décisions contraires à nos convictions.

Je tiens ferme à mes convictions politiques car je demeure engagé dans cette bonne voie.

Il nous faut nous libérer de nos tendances égoïstes et sentiments de rejet et nous tourner vers tout ce qui nous ramène à la vérité de l’amour, facteur indispensable à un vivre-ensemble sincère, apaisé et épanoui.

Aujourd’hui, l’actualité sociopolitique, la plus récente, reste marquée par la tenue pacifique et réussie de l’élection présidentielle, scrutin du 21 mars 2021 ayant permis la réélection remarquable de Son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO.

Cette réélection constitue, à tous égards, le gage certain pour la poursuite de la marche vers le développement de notre pays. C’est à ce titre qu’au nom du MCDDI et en mon nom personnel, je réaffirme avec détermination, une fois de plus comme par le passé, mon engagement à Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat.

De même, je réitère le raffermissement de l’Alliance MCDDI-PCT et mon appartenance à la majorité présidentielle, pour la mise en œuvre commune du projet de société du candidat fraichement élu.

Militantes et militants ;

Sympathisantes et sympathisants;

Chers compatriotes;

Mesdames et Messieurs;

Avant de terminer mon propos, je tiens à lancer un vibrant appel à tous les sympathisants et militants du MCDDI, d’autres formations politiques, à l’opinion nationale et à la diaspora congolaise pour que la disparition de notre frère Guy Brice Parfait KOLELAS ne soit pas exploitée à des fins inavouées mais bien au contraire qu’elle nous rassemble autour des valeurs républicaines et qu’elle soit enfin un véritable moment de méditation pour chacun de nous.

Militantes et militants ;

Sympathisantes et sympathisants;

Chers compatriotes ;

Mesdames et Messieurs ;

Je vous exprime, en toute sincérité, ma profonde gratitude pour votre compassion et votre assistance multiforme manifestées lors du décès de notre frère.

Que l’Eternel notre Dieu nous guide et nous protège.

Vive le MCDDI;

Vive le Congo.

Je vous remercie. »

banner