Législatives 2017 : Le taux de participation demeure un grand mystère

2 221 596 électeurs étaient attendus dans les bureaux de vote pour élire les députés et les conseillers municipaux. Si les résultats ont pu être publiés moins d'une semaine après le scrutin, le taux de participation, lui, demeure un grand mystère au Congo-Brazzaville. Aucun chiffre n’a été, jusqu’ici, avancé ni par le Ministère congolais de l’Intérieur, ni par la Commission nationale électorale indépendante (CNEI).

Une certitude cependant : l’engouement n’était pas au rendez-vous de ces législatives – premier et second tour – et locales. En conséquence, le taux de participation attendu devrait être faible.

Si l’on en croit Honoré Sayi, porte-parole de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), parti de l’ancien président Pascal Lissouba, au Congo-Brazzaville, le désintérêt pour le système électoral actuel est manifeste : le candidat proclamé élu n’est pas toujours celui sur lequel la majorité d’électeurs ont porté leur choix.

Charles Zacharie Bowao, porte-parole de la Fédération de l’opposition Frocad-Idc-CJ3M, qui avait décidé de boycotter les élections législatives et locales, est convaincu d’une chose: «Le taux de participation ne sera jamais communiqué, parce qu’ils auront honte de donner un chiffre qui va les rendre ridicules, alors ils préfèrent se taire».

Dans tous les cas, il n’y a « pas de seuil plancher de participation pour valider une élection », rappelle-t-on du côté de la DGAE.

Germaine Mapanga

banner