Congo – « Affaire Minusca » : Le ministre congolais de la défense rompt le silence

Des allégations sorties des notes internes des armées, faisant état des écarts de comportements des soldats congolais de la Minusca, ont été distillés dans la presse et les réseaux sociaux, au point de porter le discrédit sur les Forces Armés Congolaises dont l'engagement en Centrafrique a toujours été marqué du sceau du sacrifice et du sens du devoir.

Même si l'Armée se veut être « la grande muette », le ministre de la Défense nationale du Congo, Charles Richard Mondjo est sorti de sa réserve et plaide pour la poursuite d’une relation saine avec les Nations Unies dans le cadre des mécanismes diplomatiques qui régissent les accords entre les parties.

Comme cela a été le cas par le passé, des procédures judiciaires sont en cours au Congo pour traiter les cas d’indiscipline dénoncés.

« Certes il y a eu, dans l’accomplissement de la mission, des allégations portées contre nos unités, mais aussi contre celles de beaucoup d’autres pays engagés sur le terrain.

En ce qui nous concerne, nous avons toujours réaffirmé le principe de tolérance zéro quant à l’action des forces sur le terrain.

C’est pour cela que le gouvernement congolais, lorsqu’il a été saisi de ces allégations, a pris les dispositions qui étaient nécessaires pour conduire des enquêtes et infliger des sanctions disciplinaires aux présumés auteurs.

Les résultats de ces enquêtes ont été communiqués aux Nations unies.  Des procédures judiciaires sont en cours au niveau national, et nous ne voudrions pas ici porter des jugements sur les affaires pendantes devant les juridictions. »

Bertrand BOUKAKA/Source : Adiac

banner