Congo : Jean-Marie Michel Mokoko à la barre

Maintes fois reporté, le procès du candidat malheureux à la présidentielle congolaise du 20 mars 2016, Jean-Marie Michel Mokoko, 70 ans, devrait se tenir à Brazzaville avant les élections législatives et locales du 16 juillet prochain, a-t-on appris des sources concordantes.

L’ex chef d’Etat-major de l’armée congolaise sera défendu localement par l’avocat congolais, Yvon-Eric Ibouanga.

On rappelle que le général à la retraite a été inculpé le 16 juin pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État et détention illégale d’armes et munitions de guerre et incitation aux troubles à l’ordre public ».

M. Mokoko est mis en cause dans une vidéo tournée en 2007 le montrant discutant d’un plan visant à renverser le président Denis Sassou Nguesso de son trône avec un homme dont on ne voit pas le visage et se présentant comme appartenant au service de renseignement extérieur de la République française (la DGSE).

En mars dernier, dans un entretien à l’AFP, le général Mokoko avait indiqué qu’il s’était fait « piéger » dans cette affaire de vidéo, ajoutant que la question avait été « réglée » avec le président congolais, Denis Sassou Nguesso.

Germaine Mapanga

banner