Afrique du Sud : l’ancien président Jacob Zuma a passé sa première nuit en prison

Condamné pour outrage, l’ex-dirigeant (2009-2018) a accepté mercredi soir, in extremis, de se conformer à la demande de la justice et de se constituer prisonnier.

La police avait ordre de l’arrêter au plus tard mercredi à minuit, mais Jacob Zuma, condamné à 15 mois de prison ferme pour outrage, lui a facilité la tâche. Mercredi à 23h30, un convoi d’une dizaine de voitures a quitté sa résidence à vive allure, direction la prison d’Escourt.

L’ex-président, condamné pour avoir obstinément évité de répondre aux questions d’une commission d’enquête sur la corruption, n’a été ni vu, ni entendu. La nouvelle est tombée par un tweet : « Le président Zuma a décidé de se conformer à l’ordre d’incarcération. Il est en route vers un établissement correctionnel » dans la province du Kwazulu-Natal, a déclaré la fondation qui le représente.

Le porte-parole du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, Pule Mabe, a salué une victoire pour l’« État de droit et l’indépendance de la justice » dans cette jeune démocratie. Englué dans les scandales, Jacob Zuma avait été poussé à la démission en 2018.

Son successeur Cyril Ramaphosa a fait de la lutte contre la corruption un cheval de bataille.

Jacques Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner