Explore Brazzaville, une offre touristique élargie pour des expériences insolites

La destination touristique Brazzaville ne se limite plus à son hypercentre. De part et d’autre, les offres culturelles, artistiques et festives foisonnent pour mieux séduire une clientèle de jeunes touristes en quête d’originalité. La capitale congolaise dévoile des lieux insolites, des expériences hors des sentiers battus et des rencontres uniques pour une expérience touristique renouvelée.

Une multitude de lieux, de sorties, de visites - encore trop souvent méconnus des touristes émerge aux quatre coins de la destination.

Brazzaville, la première ville du Congo se trouve à 6km de Kinshasa (RDC). Ce sont les capitales les plus proches du monde. Brazzaville est une ville verte. Elle possède de nombreux palmiers et plusieurs manguiers qui lui valent l'appellation de "ville-parc".

Les rapides du Congo se trouvent à deux pas de la ville. La tour Nabemba, de forme cylindrique, surplombe le fleuve en plein centre-ville. Le mémorial en marbre Pierre Savorgnan de Brazza renferme la dépouille du fondateur de la ville. La basilique Sainte-Anne est érigée à proximité.

Les monuments comme la basilique Sainte-Anne du Congo, la cathédrale de Brazzaville, l'église Notre-Dame du Rosaire, le palais épiscopal, le couvent Javouhey, vous charmeront par leur architecture travaillée. Ils sont également mis en lumière dans le périmètre touristique de l’ex capitale de l’Afrique-Équatoriale française(AEF).

La place du Sacrifice Suprême, le port des pêcheurs de Yoro, la fresque de l'Afrique, le palais du Peuple, le palais de Justice, le palais de l'état-major, la case de de Gaulle, la case Tréchot, la case des messageries fluviales, le stade Félix-Eboué, le lycée Savorgnan, l'Hôtel de ville, l'immeuble « Air-France », l'ex-cinéma Le Vog, le cimetière des Hollandais, la poste Centrale et le marché du Plateau sont également dignes d'intérêts.

Naviguer sur le fleuve Congo, le deuxième plus long fleuve du continent africain, explorer la forêt congolaise, avec un guide. C'est le deuxième massif forestier au monde, par la grandeur, c’est aussi émouvant.

La ville de Brazzaville dispose aussi de nombreux commerces dans lesquels vous pourrez effectuer des achats. Rendez-vous sur le marché Poto-Poto, où vous trouverez des peintures, figurines, vanneries, céramiques, sculptures d'ébène, de bois gris et de bois de fer, masques, pagnes multicolores, métaux forgés...

Vous pouvez aussi déguster avec gourmandise les mets du pays : Le poulet à la mouambe (frit dans l'huile de palme et accompagné de salade de choux et de feuilles de cassave), le fumbwa (légumes verts coupés très fin à la sauce d'arachide), le ragoût de viande avec du riz, du foufou, les aubergines aux poissons salés, la fleur de banane (Kouhoudou en langue Nzebi) fait mordre les doigts à tous, le chouchou des estomacs du peuple Nzebi, mélangé à la pâte d’arachide, à la viande ou au poisson séché et agrémenté par des crevettes fraiches…

Vous pouvez également siroter le vin de palme, le vin de canne à sucre…

Aux alentours de Brazzaville, divers sites touristiques sont à voir aussi, la Mission de Linzolo, les sites de Mbé et de Ngabé, l'Île Mbamou, la ville de Kinkala, les Falaises d'Inoni, les chutes de Loufoulakari, les cataractes du Djoué où une petite île est accessible de la plage en pirogue, surnommée l'île des Amoureux…

Plutôt moribond au début des années 2000, le tourisme reprend des couleurs au Congo.

Ces dernières années, Brazzaville a été parmi les huit meilleures destinations touristiques du continent.

Facteur clé du succès de la diversification économique et de la création d’emplois à travers le monde, le développement du tourisme durable est devenu l’une des cinq priorités du Congo qui tient à s’inscrire dans une dynamique africaine ambitieuse et riche en potentiel.

Resté longtemps dépendant du pétrole qui représente à lui seul 60% du PIB, le Congo veut désormais diversifier son économie en jouant la carte du tourisme.

Le pays ambitionne de faire passer la part du tourisme au PIB de 3% à 10% à l’horizon 2021 grâce à la mise à exécution d’un plan directeur nécessitant des capitaux nationaux et étrangers et chiffré à plus de 17,6 milliards de FCFA.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville