Clément Mouamba pour une gestion rationnelle de l'eau dans les pays du Bassin du Congo

Le Premier ministre congolais, Clément Mouamba a appelé, mercredi soir à Oyo (nord) les pays du Bassin du Congo à une gestion rationnelle de l'eau.

«Conscients de la vulnérabilité de nos pays au changement climatique, ainsi que de la prochaine crise de l'eau dont les signes sont déjà perceptibles, il est indispensable que cette ressource vitale soit préservée et gérée correctement et surtout de manière concertée, les cours d'eau et plans d'eau ne connaissant pas souvent les frontières des pays », a déclaré M. Mouamba à l'ouverture du segment ministériel sur la création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo.

«L'économie bleue en Afrique concerne tous les cours d'eau et plans d'eau, de même que les océans ou les mers, les côtes et les nappes souterraines », a précisé M. Mouamba.

Les ministres des 12 pays africains qui ont pris part à ce segment ont signé jeudi à Oyo l'accord de création du Fonds bleu pour le Bassin du Congo.

Le Bassin du Congo est considéré comme le second réservoir du carbone forestier au monde après l'Amazonie en Amérique latine. Il compte 25.000 km de voies navigables dont 15.000 classifiées et produit la moitié des eaux que l'Afrique déverse dans l'océan Atlantique.

Le potentiel hydroélectrique de cet espace géographique est estimé à 100.000MW dont 44.000MW basés au site du barrage d'Inga en République démocratique du Congo (RDC).

L'initiative du Fonds bleu pour le Bassin du Congo est une action supplémentaire en faveur du climat et devrait permettre aux Etats de la région d'améliorer leur gestion des écosystèmes.

Elle s'inscrit dans le cadre des actions menées par l'Afrique pour lutter contre les changements climatiques.

Edwige KISSINGER

banner