Congo : ça y est c'est acté, Total va gérer à nouveau le terminal de Djeno pour 20 ans

Le géant français des hydrocarbures a bénéficié d’un nouveau contrat de 20 ans, faisant de lui le principal actionnaire du terminal pétrolier de Djeno qui rassemble les pétroles de tous les champs, non seulement de Total, mais aussi des autres opérateurs de la République du Congo, a annoncé Patrick Pouyanné, le PDG du groupe Total, qui a succédé à Christophe de Margerie, disparu dans un accident d'avion en 2015.

«On s’est mis d’accord pour renouveler la concession du Terminal de Djeno qui est un ancrage historique de Total au Congo, pour 20 années de plus. L’histoire de Total de ce pas va continuer en bonne confiance avec les autorités », a déclaré Patrick Pouyanné qui a été reçu par le chef de l’État, Denis Sassou N’Guesso, le 2 novembre à Oyo, dans le département de la Cuvette (nord).

«Une nouvelle époque va s’ouvrir. L’important pour nous est que le terminal soit opéré dans les conditions de sécurité et qu’il soit toujours disponible pour l’ensemble des opérateurs de la République », a-t-il ajouté avec joie.

On rappelle tout de même qu’à partir du 18 novembre 2020, le Terminal de Djeno devrait revenir à 100% à l’État congolais, cette date marquant l’expiration du contrat avec la multinationale française.

Le Terminal sera partagé par un consortium, dont Total et d’autres sociétés pétrolières comme Perenco, Eni.

Le terminal de Djéno existe depuis 1972. Il traite plus de 95 % de la production congolaise de pétrole brut, soit environ 220 000 barils par jour en 2015.

Faisant l'objet d'un partenariat entre Total E&P Congo (63 %) et ENI Congo (37 %), le terminal de Djéno a quatre fonctions principales : la réception de la production de l'ensemble des sites de production. En plus de la production de Total E&P Congo, plusieurs sociétés opératrices, parmi lesquelles eni Congo et CONGOREP (Groupe PERENCO), envoient leur production au terminal pour le traitement et l'expédition, le traitement préliminaire du brut réceptionné est effectué en vue d'obtenir du brut à la spécification commerciale. Deux critères sont essentiels pour cette spécification, la teneur en eau et la teneur en sel. Par ailleurs, selon leurs caractéristiques physico-chimiques, les bruts traités sont mélangés pour produire deux qualités commerciales de brut: le Nkossa Blend et le Djéno Mélange, le stockage du brut : grâce à des cuves d'une contenance globale d'environ 4 millions de barils et l'expédition du brut vers différents sites de raffinage par enlèvement du brut via des tankers tous les 3-4 jours et par expédition vers la raffinerie de Pointe-Noire via un pipeline. À travers ces quatre principales fonctions, le terminal de Djéno assure la continuité de la production des champs pétroliers.

Près de 1000 employés sont en fonction sur le terminal. Plusieurs activités s’additionnent aux quatre fonctions principales créant ainsi une multiplicité d'activités du terminal avec diverses compétences et métiers.

On trouve sur le terminal de Djéno les métiers de base de Total E&P Congo (producteurs, automaticiens, électriciens, mécaniciens, ingénieurs en exploitation), mais aussi de la métallurgie ou encore de la peinture industrielle avec la présence de sociétés partenaires ou prestataires.

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner