Covid-19 : les maraîchers de Brazzaville veulent continuer le travail de la terre pour nourrir la capitale en plein confinement

La prise de parole du président Denis Sassou N’Guesso, samedi soir dernier, était l’occasion de donner le tempo et d’inciter nos concitoyens à faire le choix idoine d’un point de vue collectif : rester chez soi pour éviter de propager le Coronavirus. Nonobstant cette mesure présidentielle, les agriculteurs de Brazzaville veulent continuer le travail de la terre. La capitale congolaise dépend en partie de légume frais produit par ces maraîchers.

Les sites maraîchers sont installés essentiellement dans les zones sud et nord de Brazzaville. Comme le reste des habitants de la ville, les producteurs sont durablement affectés par le ralentissement des activités dû au confinement à domicile de l’ensemble de la population.

La décision présidentielle ne précise pas si les nombreux groupements et coopérations, qui exercent à travers la ville capitale, vont bénéficier d’une faveur afin de se rendre dans les sites de production.

Le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Qu Dongyu, a lancé un appel le 28 mars dernier invitant les États à favoriser la circulation des agriculteurs. Les restrictions de mouvement, souligne le patron de la FAO, peuvent empêcher des agriculteurs de cultiver les terres et des transformateurs des produits alimentaires de s’occuper de la transformation.

Outre la situation des agriculteurs, l’agence onusienne s’est aussi inquiétée de la fermeture de restaurants et d’épiceries, dont la faible fréquentation risque de réduire la demande de produits frais et de produits de la pêche.

Jack de MAÏSSA / Source : Adiac

banner