Alléluia, la rumba congolaise inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco !

Fini le suspens, la rumba congolaise, style majeur de la musique africaine, a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, ce mardi 14 décembre 2021 par l'Unesco.

«Elle est considérée comme une partie essentielle et représentative de l'identité du peuple congolais et de ses populations de la diaspora. Elle permet également la transmission de valeurs sociales et culturelles de la région, mais aussi la promotion d'une cohésion sociale, intergénérationnelle et solidaire », a écrit l’Unesco sur son site.

Cette décision de l'Unesco est une consécration que les Congolais des deux côtés du fleuve attendaient depuis des années.

Les deux capitales avaient mis de côté tous les litiges qui les opposent pour défendre cette candidature commune depuis de longs mois.

Il faut savoir que la rumba congolaise a un impact qui dépasse le seul cadre musical : elle est au cœur même de la vie congolaise, que ce soit en République démocratique du Congo (RDC, Kinshasa) ou en République du Congo (Brazzaville).

Son inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco doit désormais embarquer la rumba congolaise sur la voie de la professionnalisation et, à terme, donner un statut à ses nombreux adeptes.

La rumba figurera désormais au patrimoine immatériel de l'humanité auprès d'autres musiques, comme le reggae, le tango, la musique polyphonique des Pygmées Aka de RCA et le Tambour du Burundi.

La version cubaine de la rumba a, elle, déjà été admise par l'Unesco en 2016.

Jean-Jacques Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner