L'écrivain congolais Richard Ossoma-Lesmois publie « Amours sous confinement Covid-19 »

L'écrivain congolais, Richard Ossoma-Lesmois, continue à faire vivre le monde du livre, malgré la période difficile que traverse le secteur à cause de la crise pandémique de la Covid-19. En témoigne la parution en Allemagne, de son nouveau roman de 92 pages intitulé : « Amours sous confinement Covid-19 », le 7 mai 2021 aux éditions Muse.

Dans un style aéré et accessible à tous, le récit écrit à la première personne du singulier, rapporte les illusions d'un amour à distance qui se sont effondrées à cause de la mesure gouvernementale visant à placer l'ensemble de la population française en confinement, en raison de la circulation du virus Covid-19 dans le pays.

Alors qu’Elrid se reconstruisait après son divorce. Il s'apprêtait à prendre son billet de train à Paris gare de Lyon pour voyager à Nîmes, à la rencontre de Claimelle, sa nouvelle conquête qu'il convoitait depuis peu au téléphone. Soudain, Claimelle ne répondait plus au téléphone ; catastrophée par l'interdiction de déplacements des populations arrêtée par les pouvoirs publics, en vue de freiner la propagation du Coronavirus dans la société.

La lecture de ce roman de société actualité santé et amour, rencontre quelques aspects pédagogiques intéressants :

En premier lieu, l'auteur Richard Ossoma-Lesmois témoigne comme bien d'autres personnes ayant affronté cette épreuve terrible confinées à leurs domiciles, le ressenti individuel des effets relatifs aux restrictions des libertés pour cause de santé publique : «A notre tour, nous vivions le drame de l'histoire. Nos esprits demeuraient à jamais marqués. Et les générations futures s'en souviendraient. Des images de tension médicale simultanée, partout dans les régions du monde, sous fond de psychose générale des populations, nous enseignaient sur le type de société bâtir une fois la crise sanitaire Covid-19 terminée. »

En second lieu, l'auteur Richard Ossoma-Lesmois souligne avec force, l'importance du département de santé ainsi que la nécessité pour les gouvernants, de maintenir la recherche médicale et multiplier les districts sanitaires dans divers pays, pour une meilleure prise en charge des personnes affectées par la maladie ou le handicap. Car, explique-t-il dans le récit : « la santé constitue une priorité cardinale pour l'action des pouvoirs publics et quelque chose de précieux pour les populations ».

En troisième lieu, Richard Ossoma-Lesmois, pose les dérives d'une société de moins en moins inclusive des plus faibles et vulnérable en ces termes : «Malgré la saturation de modernité à l'origine de certains drames contemporains de l'histoire comme l'apparition du Covid-19, le désir d'affection, d'attention accordée à l'autre dans la joie comme dans la détresse, demeure plus que tout, au fondement du sentiment d'humanité éprouvé par tous ».

Enfin, en quatrième lieu, évoquant dans le chapitre quatre du roman, sa rencontre manquée avec la députée maire de Kintélé, Stella Mikaella Sassou N’Guesso, Wils Grâce et le photographe James Ndinga Oba, tous, personnages du roman, « Amours sous confinement Covid-19 », rencontre qui aurait posé les jalons de la construction d'une Maison de la femme à Kintélé, au Congo-Brazzaville, l'écrivain congolais, Richard Ossoma-Lesmois interpelle certains illuminés et dirigeants africains constamment en marge de l'histoire face aux défis actuels et au défis de demain. Notamment, lorsque ces illuminés et dirigeants africains chantent un nouveau départ pour l'Afrique, à chaque fois que l'humanité se trouve confrontée aux drames de l'histoire. Se réfugiant passivement à l'ombre de la coopération internationale pour réclamer ensuite les bénéfices des résultats de la recherche médicale réalisée par l'intelligence Hélène (occidentale). Conséquence entres autres, d'un retard chronique face aux progrès.

La faute à l'histoire !

ROL / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner