Watch the video

Je vous félicite, d’abord, d’être de jeunes (Par Michel Innocent Peya)

Le lecteur avisé aura reconnu dans ce titre la célèbre ouverture du discours prononcé par le général de Gaulle, devant les jeunes allemands, le 9 septembre 1962 à Ludwigsburg. Nous faisons nôtres ces paroles tant la jeunesse constitue l’âge d’or, celui de l’enthousiasme et de l’ambition. Elle constitue également un passage, un trépidant saut dans l’inconnu. Les jeunes ont la vie devant eux et la tête pleine de questions auxquelles ils n’ont pas toujours les réponses. C’est pourquoi nous pensons que cette formule du général de Gaulle aurait pu être complétée comme suit : je vous enjoins, ensuite, de prendre votre destin en main. Cet aphorisme rend compte de l’éternel dilemme auquel est confrontée la jeunesse : vivre son histoire ou la subir. Elle constitue l’objet d’étude d’un ouvrage à paraître prochainement aux éditions L’Harmattan intitulé « Jeunesse & Destin » auquel Son Excellence Florent Ntsiba, directeur de cabinet du chef de l’ Etat Denis Sassou Nguesso nous a fait l’honneur de préfacer, et qui est postfacé par Michel Terrot, député-maire honoraire et ancien secrétaire de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française. Cette œuvre est par ailleurs dédiée à la mémoire de Edith-Lucie Bongo la maman des jeunes du Congo, du Gabon, du monde qui aura œuvré durant toute sa vie, bien trop courte à faire du bien aux pauvres, aux démunis et au malade et à ceux qui étaient dans le besoin bref porte-parole des sans voix, puisse t’ elle nous guider en ces moments si difficile pour l’humanité. A cet égard, il nous paraît pertinent de discerner deux dynamiques qui se font face dans la jeunesse du monde et qui font l’objet de deux parties structurantes de l’ouvrage.

Les jeunes du monde, jeunesse qui fait le monde

Il s’agit ici de mettre en avant toute une partie de la jeunesse résolument tournée vers l’action et qui a fait sienne l’idée de surpasser les déterminismes sociaux. En ce sens, ils s’accaparent le concept de virtù théorisé par Machiavel. Autrement dit, ces qualités personnelles nécessaires à l’accomplissement de grands desseins telles que l’humanisme civique, la bravoure ou la force. Les jeunes du monde fondent leur engagement sur le changement de leur existence, la paix, la santé, la sécurité, la stabilité, l’école, le travail ou encore la protection de l’environnement.

Des exemples fameux illustrent la propension de cette jeunesse à agir sur le cours des choses. C’est ainsi que le Student Nonviolent Cordination Committee, l’une des organisations étudiantes les plus influentes, fut à l’avant-garde du combat non-violent pour les droits civiques des populations afro-américaines aux Etats-Unis. Citons également la révolte pacifique de la jeunesse chinoise en 1989 qui entreprit d’agir pour assurer à leur population des réformes démocratiques et une libéralisation de l’économie. Plus récemment, depuis 2017, de jeunes militants s’opposent à des projets de pipeline qui portent atteinte à l’environnement et l’accès à une eau potable pour les amérindiens. Enfin il y a quelques jours à Dolisie au Congo, les anciennes milices armées, combattants cocoyes, mamba de guerre et B10 anciennement accoutumées à la violence aux crimes et à la barbarie ont juré solennellement devant le Chef de l’Etat, le corps diplomatique, les corps constitués nationaux, la population de déposer les armes, réintégrer la société, pour suivre et contribuer à la paix, la sécurité, la stabilité et au développement chers aux Etats. Gageons qu’Il puisse être un exemple à travers le monde à tous les jeunes tentés par le chaos, la désolation et le désespoir. A ceux qui part le monde sont encore hésitants, nous disons : la violence n’est jamais la solution, oui vous avez votre place au sein de la société.

Ces actions devraient constituer la boussole guidant les jeunes du monde entier mais semble plutôt relever, hélas, de l’exception tant une dynamique dilettante paraît en animer une trop grande majorité.

Le monde des jeunes, jeunesse qui défait le monde

Cette catégorie se caractérise par un état de désinvolture sur l’avenir du monde, de leur nation, de leur clan familial ou social et, en définitive, sur leur avenir personnel. Cette jeunesse s’adonne volontiers à l’alcool, à la drogue et au banditisme. La chose politique apparaît à leurs yeux comme un écran de fumée, un jeu de rôle dans lequel les leurs ne sont voués qu’à jouer les figurants ou, pire encore, les faire-valoir d’une caste dénuée de tout intérêt pour leur condition. Ces jeunes n’ont pas pris conscience que ce paradigme les conduit à servir des desseins contredisant leurs aspirations profondes, celle de tout être humain, l’élévation social d’eux-mêmes et des leurs.

Pour reprendre la dialectique machiavélienne, ceux-ci subissent la fortune, sorte de fatalité décrite comme suit par l’auteur dans Le Prince : « Je compare la fortune, écrit Machiavel, à l’un de ces fleuves dévastateurs qui, quand ils se mettent en colère, inondent les plaines, détruisent les arbres et les édifices, enlèvent la terre d’un endroit et la poussent vers un autre. Chacun fuit devant eux et tout le monde cède à la fureur des eaux sans pouvoir leur opposer la moindre résistance ». Néanmoins, comme le souligne Machiavel dans ce même ouvrage, la fortune laisse à tout homme une marge de manœuvre « Afin que notre libre arbitre ne soit pas complètement anéanti, j’estime, avance Machiavel, que la fortune peut déterminer la moitié de nos actions mais que pour l’autre moitié les événements dépendent de nous. […] Elle montre toute sa puissance là où aucune vertu n’a été mobilisée pour lui résister et tourne ses assauts là où il n’y a ni abris ni digues pour la contenir ».

Cet ouvrage est une interpellation à destination de la jeunesse, pour qu’elle comprenne son action dans la vie de la cité. Elle comprendra, en le lisant pour qui, pourquoi et comment voter, quel choix pour quel avenir.

En somme, la virtù sus-citée constitue la capacité de tout être, par sa volonté et sa force d’action, de prendre en main son destin afin d’échapper aux déterminismes sociaux. Elle est le symbole de la flamme se consumant dans le terreau fertile des jeunes du monde entier, à vous, jeunesse, d’en faire le flambeau d’un engagement pour la paix, la sécurité et l’environnement car des générations Y et Z dépend le sort de notre humanité.

Cliquer sur la photo pour lire la bande d’annonce.

Dr Michel Innocent PEYA- Ecrivain-Chercheur-Ambassadeur des Droits et Devoirs de l’humanité et de l'Environnement

banner