Congo – Football : Samuel Boukaka et Alphonse Yanghat, deux anciens « Diables rouges » ont rangé leurs bottines pour l'éternité

L'un était défenseur à l'Étoile du Congo, l'autre attaquant au Club athlétique renaissance aiglon, CARA. Ils ne sont presque pas connus des jeunes générations, pourtant, tous deux ont contribué à écrire les pages les plus glorieuses du football congolais. Les deux champions d'Afrique ont tiré leur révérence, la semaine dernière à Pointe-Noire.

Défenseur intraitable, Samuel Boukaka décédé à76 ans, qui se distinguait par un bandage blanc à la cuisse droite, a fait partie de l’équipe nationale baptisée ''Asmara 68'', ayant pris part à la 6e Coupe d'Afrique des nations en Éthiopie.

Boukaka, qui n'a jamais pris de sobriquet, est arrivé au football comme gardien de but au Patronage Sainte-Anne puis dans Lorraine.

C’est dans les années 1970, à l’Étoile du Congo, qu’il s'est reconverti libéro. Son "tacle glissé" dont il amorti les frottements par son bandage à la cuisse est quasi imparable.

Ses qualités de relance apportent davantage de volume dans l'entre-jeu «stellien, créant pour les attaquants un quasi surnombre dévastateur pour les équipes adverses.

Samuel Boukaka est compté parmi les vingt-deux joueurs qui ont pris part à la campagne victorieuse de Yaoundé 1972.

Diables Rouges, champions d’Afrique des nations 1972

1er rang : Amoyen, Matsima, Mboungou, Tandou, Oba et Mayala 2ème rang : Ndouli Ryno, François Mpélé, Mbono, Mbemba Thorex, Moukila, Mayanda, Bahamboula Tostao et Matongo Soucous. 3ème rang : Poaty Hidalgo, Minga Pépé, Baleckita, Mfoutou et Ongagna. 4ème rang : Samba, Boukaka, Niangou, Dengaki, Ndolou et Ngassaki.

Alphonse Yanghat, un « Mig s'est crashé ».

Alphonse Yanghat, appelé Mig par ses fans, pour sa pointe de vitesse, en comparaison avec les fameux Mig 17 qui dans les années 1974, garnissaient l'escadrille de l'Armée de l'air congolaise, a fait partie de l’équipe nationale de relais en athlétisme, qui a brillé de mille feux dans les années 1980. 

Yanghat s'est longtemps illustré dans les courses de 100 et 200 mètres. Ce sprinter de talent à qui l’on a prédit une belle carrière en athlétisme ne va pas échapper au virus du football en intégrant le Cara de Brazzaville, une équipe avec laquelle il a écrit ses plus belles pages de l’histoire du football congolais.

En 1974, le Cara est sacré champion d’Afrique des clubs devant Mehalla d’Égypte. La vitesse de Yanghat à l’aile droite et ses centres millimétrés ont fait merveille cette année-là.

« Yanghat court beaucoup, fait bon centre » disait de lui son entraîneur Manolache.

Adieu  Samuel Boukaka et Alphonse Yanghat.

Le CARA, champions d’Afrique des clubs champions 1974

Accroupis:  Moukila, Dibantsa, Mamounoubala, Mbemba, Poaty et Lakou. Debout: Amoyen (coach assistant), Mboungou, Ngassaki, Yanghat, Manolache (coach), Nganga, Dengaky, Bakekolo, Mafimba, Mbouta et Tandou.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner