L’écrivain et juriste congolais, Richard Ossoma-Lesmois s’implique dans la lutte contre la Drépanocytose auprès des personnes précaires en Afrique centrale

Juriste spécialisé en droit international public et droit humanitaire, Richard Ossoma-Lesmois également écrivain congolais, intervient, depuis 2 ans, auprès des personnes drépanocytaires en Afrique centrale (République démocratique du Congo, Cameroun, Congo-Brazzaville).

 L’essentiel de son action porte sur deux axes : aide aux médicaments pour un traitement trimestriel Drépanocytose. Car en Afrique centrale, où plus de 40% de la population atteinte par la Drépanocytose, le coût des médicaments en cas de crises ou hématies affectant un enfant drépanocytaire s’élève à 80 mille voire cent mille francs CFA.

En RDC, plus de 1470 enfants drépanocytaires recensés en 2021 dans la ville de Gbadolité sont abandonnés à leur triste sort. Une consultation médicale coûtant en moyenne, 12 dollars. Les familles défavorisées ne peuvent faire face aux dépenses de santé. Tant, la pauvreté mine. À cela faut-il ajouter le manque de sécurité sociale et l’absence des mécanismes publics de prise en charge des personnes drépanocytaires.

Le second axe d’intervention de l’écrivain engagé, le soutien scolaire pour les adolescents et les jeunes filles en formation professionnelle.

En deux ans d’activités, l’écrivain humaniste Richard Ossoma-Lesmois, 45 ans, et son groupe de travail animé par le Docteur Luxembourgeois Ivan Ghyssaert, 70 ans, sont présents dans trois pays d’Afrique centrale.

Ils suivent deux adolescents en RDC dont Modeste Midelkepe, âgé de 19 ans, actuellement en formation d’infirmier à Kinshasa et Christ Yoka.

Au Cameroun, Mboussi, 28 ans, souffre d’ulcère des pieds, de la nécrose et la tête fémorale.

Enfin, au Congo-Brazzaville, trois petites filles de 7 à 10 ans, anémiques dont enfant Kitoundou, 7 ans, enfant Samba huit ans et demi, vit avec son père sans emploi à Pointe-Noire. En plus de deux adolescents.

En 2021, plus de 600 mille personnes dans le pays souffrent des formes sévères de la drépanocytose. La majorité d’enfants atteints par les formes sévères d’anémie meurent avant l’âge de 9 ans. Les décès survenus suites à une infection du sang grave.

L’implication de l’écrivain Richard Ossoma-Lesmois dans la cause de santé publique Drépanocytose envers les personnes précaires a commencé avec sa participation à la célébration de la journée mondiale de lutte contre la drépanocytose le 19 juin 2019 organisée à l’Ambassade de la République du Congo à Paris, aux côtés des associations de terrain ; mais aussi, des expériences des personnes d’ethnie africaine et antillaise autour de l’auteur.

Par rapport aux institutions, l’écrivain engagé a initié, en septembre 2021, un Programme (national) de lutte contre la Drépanocytose qu’il a transmis, aux autorités du Congo-Brazzaville par l’intermédiaire de la députée maire de Kintélé, Stella Mensah Sassou.

Hormis sa qualité de membre de la Commission Santé, famille, genre et environnement de l’Assemblée nationale, l'élue locale et fille cadette du Chef de l’État congolais, est aussi proche de la Première dame du Congo-Brazzaville et du Premier Ministre. Un atout important pour pousser les gouvernants congolais à prendre suffisamment en charge, la préoccupation majeure de santé publique que constitue la lutte contre la Drépanocytose, selon d’ailleurs, les Recommandations de l’OMS formulées en 2009, à l’adresse des pays d’Afrique subsaharienne fortement touchés par la maladie.

Le Programme initié prévoit l’installation d’un système de dépistage systématique des enfants dès la naissance, la création d’une sécurité sociale pour les pathologies de longue durée et les maladies chroniques, les mécanismes de prise en charge des personnes drépanocytaires, enfants ou adultes.

Dans la même optique, depuis juin 2020, un don du matériel médical Analyseur sanguin et Test anémie de type ABX S60, commandé à la société Horiba médical Montpellier, est en cours de livraison au bénéfice du Centre de Référence pour la Drépanocytose CHU-Brazzaville.

Maladie génétique du sang la plus répandue au monde, la drépanocytose engendre une forte mortalité infantile et chez les jeunes de moins de 34 ans en Afrique subsaharienne.

Au Congo-Brazzaville, plus d’un million 300 mille personnes sont touchées par la maladie. Dix millions en République démocratique du Congo. Chaque année, 2000 enfants meurent au Cameroun par la Drépanocytose.

Sensibilisant à propos de la drépanocytose, l’écrivain Richard Ossoma-Lesmois a publié les ouvrages ci-après : Passez le test ; l’électrophorèse m’a sauvée, éditions Muse 2021 ; Stigmatisé, Drépa saute la vie ; Réussir sa vie malgré la drépanocytose, L’Harmattan 2020.

ROL / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner