Omar Denis Bongo Ondimba bloqué à la frontière Gabon-Congo : aucune arme de guerre n'a été trouvée

Omar Denis Junior Bongo, est parti du Congo Brazzaville où il réside, tôt ce vendredi matin pour se rendre par voie terrestre à Bongoville, dans le sud du Gabon, assister aux funérailles de Fidèle Adjoua Ondimba, frère ainé de son défunt Père, l'ex-Président gabonais, Omar Bongo Ondimba, décédé en début de semaine à Libreville.

Selon la presse gabonaise, Junior Bongo Ondimba, est accompagné d'une forte délégation de 59 personnes composée des membres de sa famille et celle de son grand père Denis Sassou N’Guesso, le Président de la République du Congo. La délégation conduisait 16 véhicules dont 5 à bord duquel se trouvent 20 militaires précurseurs du Président Sassou N’Guesso attendu lui aussi samedi à Bongoville dans le Haut-Ogooué au sud du Gabon.

Arrivée au poste de controle de Kabala, situé sur la frontière gabonaise, la délégation a été accueillie par un impressionnant dispositif de tous les corps de l'armée gabonaise.

Alors que la délégation de Junior Bongo se faisait établir des listes pour faire tamponner leurs passeports auprès des services d'immigration gabonaise, ils ont été soudainement interpellés par les agents qui les accusent de "détenir des armes de guerre dans leur véhicules".

A partir de cet instant , tous le véhicules et leurs occupants vont subir une fouille systématique mais aucune arme lourde n'a été retrouvée selon ces derniers...

C'est là que l'information selon laquelle la famille Sassou N’Guesso est surarmée pour rentrer au Gabon a été répandue sur les réseaux sociaux sans aucun fondement. Par qui ? On le saura certainement dans les heures qui suivent.

Malgré ce fait, toute la délégation a été interdite de franchir la frontière gabonaise selon les consignes reçues par les forces de défenses et de sécurité.

Au cours des vives discussions qui s'en suivront, la délégation apprendra que le Gabon ne peut autoriser que l'entrée de 8 personnes sur les 59 à savoir Junior Bongo, quelques oncles et son personnel de maison. Ce que la famille refuse jusqu'à présent.

La famille Sassou N’Guesso et Junior Bongo affirment avoir rempli toutes les formalités pour rentrer au Gabon. Il y a même une liste du Consul du Gabon qui atteste bel et bien que les 20 militaires précurseurs du Président Sassou N’Guesso ont été enregistrés et signalés.

« Nous somme ici pour enterrer Papa Adjoua et non pour faire la guerre au Gabon. Nous ne comprenons pas pourquoi on transforme un problème de famille en une affaire d'Etat. Pourquoi un tel déploiement de l'armée alors que nous n'avons aucune arme sur nous..." s'est exclamé un membre de la famille Junior Bongo Ondimba.

Affaire à suivre…

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner