Congo : Il y a un an jour pour jour, la ville de Mbinda perdait Madeleine Tsengui

Il y a un avant et un après le deuil. L'épreuve de la perte d’un être cher modifie la relation à soi, aux autres et au monde. Elle aiguise aussi la conscience de notre propre mortalité et nous invite aussi à vivre pleinement l'instant présent. Jeudi 6 février 2020, Mbinda, l’ex cité Comilog dans le Niari (sud), était prise d’une immense vague d’émotion avec la disparition de la veuve Mapoba, Madeleine Tsengui, « Mado ».

« Mado » ne laissait personne indifférent. Sa proximité avec les gens, sa simplicité, son humour, son franc parler et son humilité, des traits qui façonnaient son quotidien reviennent toujours en mémoire de ceux qui l'ont côtoyée au Congo, au Gabon et en France.

Aujourd’hui encore, cette Bibliothèque est toujours dans les esprits et le cœur des habitants de Mikouagna et de Mbinda.

C'est finalement le message qui revient ce samedi 6 février, le jour anniversaire de sa mort. Simple, court, mais tellement significatif du vide laissé par celle qui a laissé plusieurs enfants, petits fils et arrières petits fils au Congo, au Gabon et en France :

« Mado, vous nous manquez tellement ! ».

Jacques Jarele SIKA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner