Abus sexuels en RCA : les casques bleus du Congo dedans

Au total 120 casques bleus de la République du Congo sont accusés d’abus sexuels sur des mineurs à Bambari en RCA.

Le chef de l'ONU en Centrafrique, Parfait Onanga Anyanga a montré les muscles : « L'impunité, la complaisance, c'est terminé », a déclaré Parfait Onanga Anyanga.

«Nous allons traquer jusqu'au dernier, ceux qui salissent la réputation des Nations unies. Il n'y aura plus aucune tolérance, plus de complaisance vis-à-vis des soldats accusés de viols », a-t-il martelé.

Parfait Onanga Anyanga a annoncé que 120 casques bleus de la République du Congo, qui étaient déployés à Bambari au moment des faits, vont rester cantonnés dans leur caserne, jusqu'à la fin de l'enquête de l'ONU, avant d'être probablement rapatriés au Congo.

«S'il était avéré qu'il y ait dans nos rangs des soldats qui seraient impliqués dans les cas d'abus sexuels, nous les dénoncerons chaque jour. Notre combat, c'est de les sortir de nos rangs », assure-t-il.

Les soldats du Congo-Brazzaville n'en sont pas à leurs premières bavures en RCA, selon Lewis Mudge de Human Rights Watch, qui regrette que Brazaville n'ait jamais par le passé, ouvert de procès contre de tels casques bleus accusés de viols.

A l'heure actuelle, il n'y a que les pays d'où proviennent les soldats qui peuvent poursuivre et juger ces militaires. Beaucoup rechignent à enquêter sur les allégations d'abus sexuels.

L’ONU a déjà évincé 850 casques bleus provenant de la RDC pour le même type de faits il y a quelques semaines.

Edwige KISSINGER

banner