Présidentielle congolaise : le camp Kolélas dépose un recours pour annuler le scrutin du 21 mars

Le Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD), parti allié qui a battu campagne pour le regretté opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, a déposé lundi 29 mars un recours auprès de la Cour constitutionnelle, afin d’obtenir l’annulation du scrutin présidentiel du 21 mars dont les résultats provisoires ont donné vainqueur le président Denis Sassou N’Guesso avec 88,57% des voix.

«Notre recours a été réceptionné par la Cour. Maintenant, nous attendons ce que les juges décideront dans les jours qui viennent », a déclaré Jean-Jacques Serge Yhombi Opango, dirigeant du RDD qui a déposé le recours à titre personnel.

S’appuyant notamment sur l’article 70 de la constitution congolaise, Jean-Jacques Serge Yhombi Opango pense que l’élection doit être annulée parce que son partenaire, le regretté candidat Guy-Brice Parfait Kolélas, n’a pas pris part au processus jusqu’à la fin.

« Nous nous appuyons sur l’aspect de l’article 70, qui dit simplement que si avant le premier tour un des candidats décède ou se trouve définitivement empêché, la Cour constitutionnelle prononce le report de l’élection. Ce qui était le cas parce que nous avons bien vu que le candidat Guy-Brice Parfait Kolélas n’a pas pu venir au meeting de clôture. Il a donc été empêché. Il est rentré en clinique dès 14 heures et il s’en est suivi son décès », a-t-il argumenté.

Mais pour lui, il y a une autre raison pour demander l'annulation de l’élection, en sus de l’article évoqué, les conditions de son organisation. Pour Jean-Jacques Serge Yhombi Opango, le scrutin s’est tenu dans le désordre.

Jeudi dernier, l’opposant congolais, Mathias Dzon, 73 ans, a déposé un recours en annulation du scrutin présidentiel du 21 mars. Mathias Dzon qui a obtenu moins de 2% de suffrages, selon les résultats provisoires qui restent à confirmer par la Cour constitutionnelle, pense que le vote a été entaché de nombreuses irrégularités et doit être annulé également suite à la mort d’un candidat en plein processus, notamment Guy-Brice Parfait Kolélas.

Cependant, Dave Uphrem Mafoula, 38 ans, le benjamin des sept candidats en lice pour le scrutin présidentiel du 21 mars dernier, a pris acte des résultats provisoires de l’élection présidentielle et félicite Denis Sassou N’Guesso, Président réélu, « par amour patriotique ».

Jean-Jacques DOUNDA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner