Gabon - Gouvernement : Un britannique nommé au ministère des Forêts par Ali Bongo

Une grande première dans l’histoire de l’Afrique. Le président gabonais Ali Bongo Odimba a créé la surprise en propulsant un Britannique naturalisé gabonais, Lee White, réputé pour être un écologiste intransigeant, à la tête du ministère gabonais des forêts, une nomination audacieuse et inédite en Afrique.

Le président Ali Bongo a nommé un britannique à la tête du ministère des Forêts. Le Professeur Lee White, né en Grande-Bretagne, responsable de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon (ANPN) est le nouveau ministre des Forêts.

Naturalisé gabonais en 2008, Lee White, 53 ans, est né à Manchester et a notamment grandi en Ouganda. Titulaire d’un doctorat en zoologie après une thèse sur la réserve de faune de Lopé-Okanda au Gabon, il est décoré en 2010 par la reine Elizabeth II pour services à la protection de la nature en Afrique centrale.

Selon des médias gabonais, Lee White est surtout connu pour être “le monsieur vert des présidents Bongo (père et fils)”. Avant sa nomination, il dirigeait l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) depuis 2009. L’ANPN est chargée de la gestion des 13 parcs nationaux créés par le défunt président Omar Bongo Odimba, le 4 septembre 2002.

Lee White est “un homme passionné, mais aussi un fin politicien“, déclare sous couvert d’anonymat un spécialiste du monde de la protection de la nature au Gabon.

Arrivé dans ce pays d’Afrique centrale en janvier 1989, il serait un passionné du continent, selon des médias gabonais. Il aime notamment donner des interviews en marchant dans la luxuriante forêt du parc national Raponda Walker, près de Libreville.

“Cette nomination ne peut être qu’une bonne nouvelle pour le monde des protecteurs de l’environnement au Gabon“, s’est réjouit le directeur de l’ONG américaine de défense de l’environnement WCS au Gabon, Gaspard Abitsi. “Il connaît parfaitement les défis de la conservation au niveau national comme international. Nous espérons que cela va aider à accélérer la préservation de la faune et de la flore ici“, a-t-il assuré.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner