Congo – Écologie : L'expertise de Denis Sassou N'Guesso sollicitée au sommet sur le climat de Niamey

Invité par son homologue Nigérien, Mahamadou Issoufou à prendre part au sommet sur le climat, qui réunira les Chefs d'État et de Gouvernement de la région sahélo-sahélienne du 25 au 26 février à Niamey, le président Denis Sassou N’Guesso a quitté Brazzaville dimanche pour la capitale nigérienne.

Cet évènement sera aussi marqué par l’organisation d’une table ronde des bailleurs de fonds pour le financement du Plan d’investissement climat pour le Sahel. Ce plan élaboré pour « la période 2018-2030 » est le reflet des « engagements des États sahélo-sahéliens à travers l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique » et son coût est de l’ordre d’«un peu moins de 400 milliards de dollars», a confié Amoustapha Garbal, ministre nigérien de l'environnement.

Au total, six projets visant diverses actions sur le terrain pour « limiter » les émissions des gaz à effet de serre et pour permettre aux populations « de s’adapter aux changements climatiques », constituent l’ossature de ce « programme prioritaire » qui court sur sur 12 ans, a révélé le ministre.

Selon un document officiel, la région du Sahel (superficie d’environ 10 millions de km2 ), abrite plus de 500 millions d’habitants et est extrêmement vulnérable face aux changements climatiques, « ce qui fragilise à la fois les conditions de vie des populations et les écosystèmes ».

Pleinement investi dans la lutte contre les changements climatiques dans le bassin du Congo, deuxième poumon de la planète dont il a initié le Fonds bleu pour la protection des écosystèmes dudit bassin, le président Denis Sassou N'Guesso arrive à Niamey en quasi ''spécialiste'' des questions du climat, tant les différentes mesures, démarches et idées qu'il met en oeuvre dans le domaine forcent l'admiration, suscitent l'adhésion et servent d'exemple.

Un "package écolovisionnaire" qui ne manque pas d'inspirer, en témoigne l'invitation du président Mahamadou Issoufou à son hommologue congolais dont les actions en faveur du climat ne laissent pas indifférent.

Le ministre de l’Environnement nigérien Amoustapha Garbal a indiqué qu'au moins 17 pays ont confirmé leur participation à l’évènement. Le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, la Guinée Conakry, Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Soudan et le Tchad et le Maroc.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner