La BDEAC accepte d’abriter le Fonds bleu pour le Bassin du Congo

Le président de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), Fortunato-Ofa Mbo Nchama, a annoncé à Brazzaville, à l'issue d'un entretien avec la ministre du Tourisme et de l’environnement, Arlette Soudan Nonault, que la BDEAC a pris l’engagement d’abriter le Fonds bleu pour le Bassin du Congo.

«Nous avons tissé des partenariats avec des organisations internationales en la matière. Au niveau interne, suivant la détermination du président Denis Sassou Nguesso, nous avons changé l’organigramme de la BDEAC pour créer des directions spécifiques qui ne s’occupent que des affaires de la finance climatique (finance verte). Nous avons modifié les statuts, parce que le financement de ce secteur n’était pas contenu dans les statuts de la BDEAC. Aussi, parce que dans les réformes que nous sommes en train de faire, nous avons prévu que la banque puisse intervenir dans le financement de la finance verte », a expliqué Fortunato-Ofa Mbo Nchama.

La création du Fonds bleu pour le Bassin du Congo a été annoncée en 2016 par le président congolais, Denis Sassou Nguesso, en marge des travaux de la COP22 à Marrakech au Maroc.

Ce fonds promeut la valorisation des plans d’eau qui sont d’une grande utilité dans la production de l’hydroélectricité, l’approvisionnement en eau potable des populations, la pratique de l’aquaculture et l’irrigation de l’agriculture, ainsi que l’assainissement des cours d’eau.

L’initiative du Fonds bleu pour le Bassin du Congo prévoit des subventions financières renouvelables, chaque année, à hauteur de 100 millions d’euros, soit plus de 65 milliards de francs CFA.

Jack MAÏSSA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner