Le Fespam aura lieu en juillet à Brazzaville

Le commissaire général du Festival panafricain de musique (Fespam), Hugues Gervais Ondaye, a rassuré ses partenaires privilégiés, ce mercredi, de la tenue effective de cet événement au mois de juillet prochain à Brazzaville.

«Ce qui est sûr, c'est que le mois du festival est connu, c’est le mois de juillet. Nous devrons tous lutter ensemble pour que le Fespam n’échoue pas, c’est l’une des exigences de l’Union africaine. Nous devrons nous y atteler pour éviter de toujours recevoir des blâmes comme cela arrive à chaque édition », a déclaré Hugues Ondaye.

Le Festival panafricain de musique se tient tous les deux ans.

Le gouvernement congolais a annulé celui de 2017 pour des «impératifs insurmontables d’agenda».

Une décision qui avait provoqué une vague de réactions dans les rues de Brazzaville. Et les réactions étaient diverses. Elles vont de la compréhension sur le refrain, il n’y a plus assez d’argent dans les caisses de l’Etat en raison de la crise, au mécontentement parce que les Congolais ont besoin de divertissements.

Ce n’est pas pour la première fois que le gouvernement congolais annulé cet événement panafricain.

En juillet 2011, le Fespam a été annulée suite à une bousculade, qui avait fait 7 morts et une trentaine de blessés, à l’entrée du stade Félix Eboué, au centre de la capitale Brazzaville.

Créé en 1995 par l'Union Africaine (UA) et le Centre international de civilisation bantu (CICIBA), le Fespam a pour missions entre autres, de valoriser les musiques africaines et celles de la diaspora. Il se tient tous les deux ans à Brazzaville qui abrite son siège.

La première édition a lieu en 1996 en présence de l’ex président du Congo Pascal Lissouba.

Ce dernier avait déclaré au peuple congolais et aux friands de la musique africaine que « la musique c’est l’art de dessiner un sourire et la force qui nous permet de chasser le désespoir ».

Germaine MAPANGA / Les Echos du Congo Brazzaville

banner