Congo – Mondial de handball : Les Diables rouges corrigent les tunisiennes 33 à 24

Pour la dernière journée des matchs de poule dans le groupe F, le Congo a battu la Tunisie. Les congolaises se sont montrées impériales dans tous les compartiments de jeux, étouffant les actions tunisiennes et marquant avec aisance. Très tôt, elles se sont concoctées un matelas de 8 buts d’écart, qui n’ont pu être comblés par les tunisiennes, jusqu’à la fin de la rencontre.

Une rencontre des mal classées mais qui valait bien son pesant d’or, car qualificative pour le tour principal du tournoi. Les congolaises sans Joséphine Nkou blessée, partaient légèrement diminuées face à des tunisiennes qui avaient perdu de justesse face au Danemark, les deux équipes affichant à l’entame du match, un goal différence de moins 21 pour la Tunisie et moins 29 pour le Congo.

Dès le coup d’envoi du match, les congolaises annoncent les couleurs et assiègent le camp tunisien jusqu’à obtenir un jet de 7 mètres que Diagouraga expédie sur le poteau. Ce n’est que partie remise. Les congolaises vont s’y reprendre coup sur coup, marquant à chaque possession. Pourtant, un moment d’inattention va coûter 2 minutes à Ibo Okabando. Même si les congolaises marquent pour mener 3 à 0, elles encaissent dans la foulée leur premier but, avant de porter l’addition à 5 réalisations, dans les 10 premières minutes.

Un bon repli en défense, une projection décisive en attaque, les congolaises imposent leur jeu, maintenant un écart de 3 buts au moins entre elles et les tunisiennes. À la 16ème minute, elles mènent par 10 à 7.

Tout marche pour les congolaises qui déroulent. 18ème minute, elles mènent 12 à 7, au point que l’entraineur tunisien pose un temps mort pour tenter de réorganiser son équipe. Dans la foulée les tunisiennes obtiennent un jet de 7 mètres transformé.

Pourtant les congolaises trouvent la parade à cette réorganisation tunisienne. À deux minutes de la mi-temps, elles ont creusé l’écart et mènent de 8 buts, 17 à 9. C’est le temps que choisi l’entraineur congolais pour poser le temps mort. Il s’agit pour les filles de tout verrouiller. Elles le font si bien qu’à la mi-temps, les congolaises ont une avance affichée du simple au double, 18 à 9.

Au retour des vestiaires, le doute se lie sur le visage des tunisiennes tandis que les congolaises sont sereines et déterminées. L’engagement est tunisien, pourtant il ne donne rien. Ce sont plutôt les congolaises qui vont se faire une avance de 10 buts.

Mais les tunisiennes sont parvenues à colmater les brèches et leur gardienne effectue des arrêts décisifs. L’équipe rogne sur l’avance congolaise même si à la 46ème minutes les congolaises rétablissent le plus 10, le marquoir affiche 26 à 16, il reste un quart d’heure de jeu. Le Congo pose le temps mort avec l’avantage de la possession.

Les congolaises reviennent galvanisées et corsent l’addition. 58ème minute, deux congolaises sont sur le banc, suite aux expulsions de 2 minutes. Une infériorité numérique sans conséquences, la gardienne Kodia veille au grain et fait échec aux assauts des tunisiennes.

Fin du match. 33 à 24, les congolaises peuvent exulter.

Le bonus de la victoire est confié à Diane Yimga sacrée meilleure joueuse du match.

Du récital made in Congo qui rappelle une période bien lointaine, celle d’une équipe amenée par une certaine Solange Koulinka. Des prestigieuses aînées. Mais ça, c’était avant et chaque génération écrit son histoire.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner