Congo - Football 2019 : Année Zéro !

Le titre n’est pas de nous, mais d’une icône, analyste hors pairs, véritable anthologie dans le domaine du football, Ghislain Joseph Gabio. Pour 2019, la moisson congolaise en football, est égale à zéro. Dire que le football congolais se meurt.

‘’Pas de CAN seniors Pas de clubs en compétitions CAF. Pas de CAN 23 ans. Il ya eu tout ça. La Zambie vainqueur à Lusaka 2-1 a obtenu un nul 3-3 à Brazzaville pour consommer le désespoir congolais. Demain 2020 la vie va recommencer, Mais comment ?’’

C’est ainsi que l’un des meilleurs chroniqueurs sportifs congolais et africains de tous les temps, présente son indignation, sur sa page face book.

Une indignation, ou plutôt un énième cri de détresse qui hélas se transforme en râle d’agonie, tant l’écho de son appel au sauvetage du football congolais, se perd dans l’indifférence, voire l’incompétence désormais endémique des décideurs dans le domaine.

Il y a quelques jours, le 15 août dernier, lors du cocktail offert pas le chef de l’État, nous interpellions dans une boutade, un des héros de Yaoundé 72, ancien président de la fédération congolaise de football, Michel Mbono ‘’Sorcier’’, en lui disant : « président, que Madagascar arrive en phase finale de la coupe d’Afrique, avec 24 équipes et nous qui leur avons de tout temps servi de modèle, n’y soyons pas. Président, nous sommes tombés bien bas. » Michel Mbono répondait presque gêné : « Ça viendra ! » On veut bien croire que ça viendra, mais quand.

Entretemps, le Congo a disparu de toutes les tablettes et seuls ses arbitres appelés de ci de là, sur les terrains du continent, renvoient l’image que le football s’y pratique encore.

À propos justement des éliminations congolaises, ce qui choque c’est surtout la manière. Même lors des rencontres livrées à domicile, les équipes congolaises ne payent pas de mine, sans réel « fighting spirit », même quand il s’agit de défendre le drapeau national. Dire que seuls les supporters y croient vraiment, des supporters hélas désabusés.

2019, année zéro en football. Peut-être fallait-il toucher le fond, pour rebondir. Mais, le fera t-on avec les mêmes décideurs sportifs dont les résultats sont plus qu’exécrables ? Là est une autre question.

Alors, doyen Gabio, comprenez que c’est maintenant « qu’il y a vraiment de quoi mourir de cardiaque. C’est pas possible mon vieux ».

''2019 année zéro'', peut-être fallait-il toucher le fond, pour rebondir.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner