Congo – Handball : Faute de visa, les diables rouges dames se préparent à Brazzaville

Alors qu'elle est en préparation pour la CAN Handball de décembre, l'équipe des diables rouges dames qui devait effectuer un voyage en Europe reste finalement au Congo, faute de visa.

Les Diables rouges dames ne poursuivront pas leur préparation en Hongrie. L'ambassade de France a refusé le visa à la délégation congolaise forte d'un peu plus de 35 personnes. Ce refus motivé est la conséquence des ''sportifs'' qui fuient quand ils arrivent en Europe.

Cette situation perturbe le programme dans la préparation de la CAN de décembre, challenge Édith Lucie Bongo, obligeant les responsables du sport de voir ailleurs, mais où ?

Coté joueuses, où on a remarqué que le nombre d’athlètes aurait ''maigri'' d'une dizaine de joueuses après la décision de l'ambassade de France, on se défend d'être la cause du refus de visa. Les joueuses arguent que « les délégations sont parfois alourdies par des pseudo joueuses qui n'ont jamais touché au ballon de leur vie, parents de X ou Y. Elles sont insérées sur les listes en « Ngoulous » autrement dit clandestins, dans le but de rester en Europe où leurs passeports leurs sont restitués à l'arrivée, alors que ceux des autres joueuses sont conservés par les responsables jusqu'au retour. »

Cette pratique de certains dirigeants a fini par jeter l'opprobre sur des sportifs qui ne s'y adonnent plus depuis de nombreuses années déjà, affirme t-on.

Le plan ''B'' aurait été l'Europe de l'Est. Là aussi, le soleil ne se lève plus dans l'est de l'Europe où naguère, les pays ''progressistes'' d'Afrique comme le Congo étaient accueillis à bras ouverts. Plus question, sinon une fin de non recevoir partout. Les temps ont changé.

Le Congo est passé au plan ''C'' et le regroupement est complet à Brazzaville avec 26 athlètes venues du Congo et de l'étranger qui y poursuivent la préparation. Gros paradoxe, quand on sait que le nombre de joueuses devant se rendre initialement en Europe dépassait d'un cheveux la trentaine, sans celles de la diaspora qu'elles auraient trouvées sur place.

En désespoir de cause et sans doute pour ne pas avoir à en répondre en très haut lieu, sur cette préparation à minima, le Danemark est retenu en plan ''D'' pour la fin de préparation programmée en novembre. « Le ministère des Sports est avec vous », a dit son chef. Voilà qui devrait réconforter les handballeuses.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner