Congo - SOS: Mbemba Milandou Vanesta Marline amputée des deux jambes appelle à l'aide pour avoir des prothèses

Elle se nomme Mbemba Milandou Vanesta Marline. Elle est née le 29 juillet 1993 à Brazzaville. Amputée de deux jambes à la suite d'un accident de train, cette jeune dame de nationalité congolaise demande de l'aide, pour se procurer des prothèses et retrouver la mobilité.

À travers une vidéo devenue virale, Mbemba Milandou Vanesta Marline lance son cri de détresse, son appel à l'aide.

C'est le cri d'une battante. Cette jeune dame de 29 ans, qui par delà son lourd handicap, veut s'affranchir de l'assistanat pour s'insérer dans la vie active.

Elle demande de l'aide en communiquant dans cette vidéo pour s'acquérir des prothèses et entreprendre une activité génératrice de revenues, afin de se prendre en charge en toute dignité, même si elle en appelle à la sensibilité de tous.

Pour ses déplacements usuels du quotidien, Marline se traîne sur les genoux. Un exercice qu'elle ne recuse pas, mais qui hélas lui provoque de nombreux ecchymoses au niveau des genoux qui parfois s'infectent, deviennent purulents et l'immobilisent, le temps des soins et de la cicatrisation.

Des moments où elle devient dépendante, tant pour aller à sa toilette intime que pour des besoins physiologiques. Sa grande peur est que les moignons s'infectent aussi.

Madame la Ministre des Affaires sociales, Irène Marie Mboukou Kimbatsa. Voici un cas social qui a plus que besoin d'une action humanitaire pour bénéficier de la solidarité de tous. Une solidarité qui interpelle par delà le regalien, et touche l'humain, la sensibilité de la maman que vous êtes. Marline vous tend la main, aidez là, Madame la Ministre, à se lever au dessus de l'indifférence dont on accuse souvent, parfois à tort, les pouvoirs publics. À défaut de ses jambes perdues à jamais, qu'elle ait ces prothèses de jambes qui lui redonneront cette joie de vivre dignement, pour laquelle elle vous sera reconnaissante, par delà la fonction que vous assumez.

Monsieur le Ministre de la Santé, Gilbert Mokoki, le cas de Marline interpelle, en ce que, à l'unisson, quelque chose peut être entrepris, pour lui redonner espoir et nous osons dire que vous êtes le technicien. Osons le mot, le "prothésiste", celui par qui le futur de Marlaine s'éclairera d'un jour nouveau.

Madame la Ministre de la Promotion féminine, Ines Bertille Nefer Ingani, longtemps, cette jeune femme a pleuré de toutes ses larmes, en silence, car les douleurs les plus atroces sont muettes.

Persuadée que des soutiens potentiels sont autour d'elle, Marline a osé parler pour demander de l'aide. Elle a besoin de vous, de votre soutien, de votre assistance, pour continuer tant soi peu de réaliser ses rêves qui depuis, s'inscrivent en pointillés, aux espoirs déçus. Ainsi que vous le promouvez, Marline n'est pas résignée par sa condition. Elle se bat bien au contraire pour avancer tête haute, en suivant une formation en informatique, à même de la libérer de certains à priori dans lesquels sa condition aurait pu l'enfermer, faute d'assistance, car célibataire sans enfant, elle vit encore chez ses parents qui du reste sont démunis et ne peuvent lui procurer l'assistance nécessaire.

La vie de Vanesta Marline bascule en un matin de l'année 2017. Elle glisse et se fait heurter par un train qui arrive dans sa direction. Ses deux jambes qui se retrouvent sous la rame sont broyées et sectionnées sur le coup. Le CFCO se désengagera hélas de toute asssistance médicale.

C'est ici l'occasion de s'en referer au Ministre des Transports et de l'Aviation Civile, Monsieur Jean-Marc Thystère Tchicaya, non pour demander réparation sur ce que, c'est un train qui est à l'origine du handicap de la jeune dame, mais pour une aide morale du département dont vous avez la charge, Monsieur le Ministre. Un élan de coeur pour expurger de la conscience de Marline, ce boulet psychotraumatisme qu'elle traîne, cette hantise de voir passer le train.

Peut-être devrait-on en définitive, s'en remettre à la haute attention de Monsieur le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso, dont la sensibilté pour les cas du genre de celui de Marline, est connue de tous. Il est de notoriété que Monsieur le Premier Ministre a toujours tendu sa main à l'affligé, quand il en a été informé.

Que dire des associations et autres citoyens de bonne volonté, sensibles à la situation que traverse Mbemba Milandou Vanesta Marline. Beaucoup l'aident déjà, à l'instar de cette association qui l'a inscrite aux cours d'informatique dont elle paie la formation et assure le transport de l'apprenante, de Nganga Lingolo, son lieu d'habitation, à Diata, le lieu d'apprentissage, à l'allée comme au retour.

Désormais, il s'agit de procurer des prothèses à Mbemba Milandou Vanesta Marline. Comme une chaine de solidarité, dans un élan de coeur, il appartient aux institutionnels et autres bonnes volontés, les Associations comme des Individualités, de continuer à tisser les maillons de cette chaine de solidarité, au bout de laquelle se trouve le visage d'une jeune dame qui s'illuminera d'une joie accompagnée d'un sobre mot: Merci!

Contact Mbemba Milandou Vanesta Marline: (+242)069279424. Nganga Lingolo, arrêt 17

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner