France – Congo - Justice : Le parquet de Bobigny classe sans suite la plainte relative au décès de Guy Brice Parfait Kolelas

Dans un arrêt rendu en date du 8 juillet 2021 et dont une partie de la famille de Guy Brice Parfait Kolelas n’a eu connaissance que le samedi 24 juillet, le parquet de Bobigny a classé sans suite la plainte relative au décès de Guy Brice Parfait Kolelas, déposée par madame Lydie Inonga Millepied Kolelas. Un rejet qui sonne tel un camouflet pour celle qui, instrumentalisant la veuve Natalie Kolelas et soutenue par de pseudos combattants de la place de Paris, a voulu faire d’une affaire ordinaire, une affaire d’état, en exploitant rumeurs et fantasmes.

Elle était devenue une attraction sur la place de Paris, où elle créait le buzz sur les réseaux sociaux, avec le soutien de pseudos combattants de la diaspora. Lydie Inonga Millepied Kolelas se disait convaincue de l’empoisonnement de Guy Brice Parfait Kolelas. Elle avait décidé d’intenter une action en justice, aux fins de la manifestation de la vérité, sur le décès de son frère, allant à contrecourant des conclusions de l’institut médicolégal de Paris, au point de retarder indéfiniment l’inhumation de Guy Brice Parfait Kolelas, pour des besoins de prélèvements et autres analyses sur le corps. Sa plainte a été classée sans suite. Tel est pris, qui croyait prendre.

Dans ses attendus, le procureur a motivé que les faits dénoncés dans le cadre de la procédure ne sont pas punis par un texte pénal.

C’est sans doute en prévision de cette conclusion que maître Bourdon, convaincu que le dossier ne reposait que sur des rumeurs fallacieuses, avait préféré jeter l’éponge, plutôt que de subir l’humiliation d’un rappel aux fondamentaux de la procédure judiciaire.

Une humiliation que Lydie Kolelas aura peut-être manqué le courage d’accepter, au point de cacher à ses frères et sœurs le rejet de sa plainte déposée au tribunal de Bobigny. Pour celle qui disait engager des experts allemands pour des analyses plus poussées, le moment est peut-être venu de mettre fin à la mascarade, pour permettre enfin à Guy Brice Parfait Kolelas d’avoir une sépulture.

Voici le jugement du tribunal.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner