Le CSLC appelle les médias congolais au professionnalisme

Dans le cadre de la présidentielle prévue en mars prochain, le président du Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC), Philippe Mvouo a appelé les médias au ressaisissement et à faire preuve de professionnalisme en période préélectorale, électorale, et postélectorale.

«Que l’élection présidentielle ou les campagnes qui s’y collent ne polluent pas l’atmosphère de paix et ne vicient pas les espoirs qu’elle présage», a déclaré Philippe Mvouo avant de rappeler que « les médias étaient tenus à des obligations strictes de traitement de l’information, du respect des règles d’éthique et de déontologie conformément à la charte des professionnels des médias ».

«Il vous était recommandé de donner la parole à tous les acteurs politiques et de la société civile, d’organiser des tribunes où le débat contradictoire serait de mise, où la lecture comparative des programmes des candidats serait utile et profitables aux électeurs», a précisé le président du CSLC.

Au mois de janvier dernier, l’ambassadeur des USA au Congo, Stéphanie Sanders Sullivan a invité, lors d’un entretien avec le ministre congolais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, tous les journalistes congolais à susciter de bonnes questions pendant la campagne électorale à venir, de façon à faire entendre aux citoyens de l’information sur le programme d’action de chaque candidat.

Pour Stéphanie Sullivan, la presse congolaise devra accorder la parole à toutes les couches socio-politiques, en cultivant un journalisme de paix, capable d’éviter le piège de la manipulation et de l’incitation à la révolte, à la division, à la violence ou à la haine.

Germaine Mapanga

banner