Congo : Les agents des Forces de défense et de sécurité ont voté massivement leurs candidats aux élections législatives et locales

Policiers, militaires et gendarmes ont voté massivement leurs candidats aux élections législatives et locales ce lundi 4 juillet 2022. C’est dans les bureaux ordinaires, établis notamment dans les écoles publiques et privées, qu’ils ont accompli, dès 7 heures du matin, leur devoir civique. Pour des besoins d’identification ou de reconnaissance, ils étaient tous en tenue militaire.

Le président de la CNEI, Henri Bouka, après avoir visité quelques bureaux en compagnie du directeur de cabinet du ministre de l’Administration du territoire, de la Décentralisation et du Développement local, a annoncé qu’en raison des difficultés d’accès, le vote n’a pas pu se dérouler dans trois à quatre localités. Il s’agit, entre autres, de Mbomo et Mbama, dans le département de la Cuvette-Ouest où le corps électoral oscille entre dix et vingt électeurs : « Nous sommes en train de voir avec le gouvernement si on peut les faire voter demain. Ce sont des effectifs tout à fait marginaux mais nous les faisons voter ».

Si les observateurs tant nationaux qu’internationaux étaient moins présents dans les bureaux de vote, la CNEI s’est félicitée d’avoir trouvé plus de quinze à vingt délégués des candidats et listes de candidats au niveau des bureaux de vote.

On rappelle que c’est pour la deuxième fois que le Congo expérimente le vote par anticipation des Forces de défense et de sécurité. Le premier test a eu lieu en 2016, lors de la présidentielle.

L’électorat des forces de sécurité n’est pas précisé. Mais selon la CNEI, près de 2,9 millions d’électeurs sont enregistrés.

Le Parti congolais du travail (PCT, parti au pouvoir) du président Denis Sassou-N’Guesso a la mainmise sur la chambre basse du Parlement depuis 2002.

Jean-Jacques DOUNDA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner