Congo – Conseil des ministres : La réunion de lundi en présentiel serait redoutée par de nombreux ministres

Le lundi 20 septembre, se tiendra le conseil des ministres en présentiel, au Palais du Peuple. Même si ce conseil des ministres en est un parmi tant d’autres, il intervient au lendemain des cent premiers jours du gouvernement, un repère pour une première évaluation. De source digne de foi, il ressort que Denis Sassou N’Guesso ne manquera pas d’aborder avec chacun de ses ministres, les grandes ébauches découlant de leur lettre de cadrage, ces actions qui prenant ancrage sur le mythe des cent premiers jours, dessinent l’essentiel de la politique à entreprendre au sein du département ministériel. Et le compte n’y serait pas.

Même si rien n’a pour l’instant filtré sur l’ordre du jour du conseil des ministres du lundi 20 septembre, certaines indiscrétions font état de ce que quelques ministres redoutent cette réunion qui se tiendra en présentiel. Et pour cause, le Président de la République ne serait pas du tout content de l’action de certains ministres et aussi des querelles de clocher entendues de ci de là, et il entend le leur signifier les yeux dans les yeux.

L’annonce de cette réunion en présentiel aurait fait perdre le sommeil à de nombreux ministres qui redoutent une véritable volée de bois vert, de la part du Président de la République.

Intervenant au lendemain de la tenue du deuxième séminaire gouvernemental au cours duquel le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso n’a pas manqué de relever pour certains ministères, le constat de panne d’ingéniosité dans la résolution des problématiques arrêtées lors du précédent séminaire à travers des indicateurs de référence, tant quantitatifs que qualitatifs, il va sans dire que Denis Sassou N’Guesso non plus, n’y ira pas de main morte.

Si certains ministres nouvellement entrés au gouvernement, ainsi que bien d’autres plus anciens, impriment leurs marques face à des politiques complexes à mettre en œuvre, et qui ne correspondent pas toujours à la réalité, bénéficient d’un état de grâce dans l’opinion, en attendant de récolter les fruits de leur engagement sans faille, d’autres cependant, sont systématiquement boudés de par leur manque d’initiatives, leurs ministères ressemblant à des navires démâtés, allant à la dérive. L’excuse de l’apathie même intellectuelle étant le manque de moyens.

Certes, le compte-rendu du conseil des ministres qui sera attendu de tous, ne fera pas mention des éléments d’humeur. Cependant, les journalistes pourront le relever à travers la mine que fera chaque ministre au sortir de la salle. Il n’est parfois pas exclu que des ministres soient débarqués, parce que n’ayant pas pris leurs marques, après cent jours d’exercice.

Ceux qui à l’évidence seront savonnés, ne manqueront pas d’être hantés par une espèce d’épée de Damoclès suspendue sur leur tête. Et cela décompose le visage…

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner