Jean-Luc Mouthou déterminé à informatiser et digitaliser le système éducatif congolais

Conscient du fait que le numérique représente un levier de transformation puissant pour accompagner la politique ministérielle dans toutes les dimensions, de la transformation pédagogique au service des apprentissages et de leur évaluation à la formation aux enjeux et aux métiers de demain, le ministre congolais de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, Jean-Luc Mouthou, a séjourné du 6 au 9 septembre 2021 en Belgique et plus précisément à Nivelles dans la région wallonne, pour rencontrer des partenaires techniques dans le domaine du numérique en Belgique, notamment la société APKIOSK spécialisée entre autres, dans le développement de solutions interactives globales.

Le ministre Jean-Luc Mouthou qui était accompagné de ses collègues Ghislain Thierry Maguessa Ebome de l’Enseignement Technique et Professionnel et Léon Juste Ibombo en charge des Postes, Télécommunications et de l’Economie Numérique ont eu des échanges fructueux avec un partenaire majeur du numérique en Belgique, la société APKIOSK avec qui le gouvernement congolais entend nouer un partenariat technique pour déployer une solution allant dans le sens des attentes des nouvelles politiques de gestions intégrées de notre système éducatif qui a résolument opté pour la digitalisation afin de mobiliser l’ensemble des acteurs de la communauté éducative pour construire l’avenir de l’École congolaise et permettre ainsi la réussite de tous les élèves.

«L’application des Technologies de l’information et de la Communication, nous offre un vaste potentiel et des possibilités illimitées pour transformer l’éducation dans notre pays comme le veut le Président de la République, Denis Sassou N’Guesso qui tient à réinventer le système éducatif de demain. C’est donc un excellent point de départ si nous voulons promouvoir l’équité, améliorer la qualité et faire avancer la réforme de l’éducation. Elle est porteuse de solutions », s’est réjoui le ministre congolais de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, Jean-Luc Mouthou à l’issue de cette mission en terre belge.

La délégation congolaise a visité des ateliers et laboratoire d’APKIOSK, suivie d’une présentation de la solution. Ceci, sous le haut patronage de Mathieu Michel, Secrétaire d’Etat à la digitalisation et adjoint du Premier ministre du Royaume de Belgique.

Ensuite, la délégation congolaise a été reçue par André Flahaut, ministre d’Etat, Président Honoraire du Parlement Belge, qui a tenu à remercier le Président congolais, Denis Sassou N’Guesso pour l’excellence des relations entre la République du Congo et le Royaume de Belgique.

Une visite guidée des locaux du parlement belge a clôturé ce fructueux moment d’échanges.

Le directeur des systèmes d’information et de communication du Ministère congolais de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, Arsène Harold Boukita a salué l’initiative et réaffirmé le soutien et la volonté des partenaires techniques belges à accompagner ce projet de digitalisation du système éducatif congolais.

«La technologie digitale a un énorme potentiel pour améliorer la qualité et la portée de l’éducation. Ce programme de digitalisation vient à point nommé même si nous sommes un peu en retard par rapport aux autres pays. Cette initiative est salutaire. L’initiative pourrait changer, améliorer quantitativement et qualitativement le système éducatif congolais. La digitalisation du système éducatif est un moyen efficace aussi contre la fraude pendant les examens de fin d’année, elle va faciliter la traçabilité et le suivi des élèves ainsi que le personnel pour davantage qualifier le système éducatif congolais et de le rendre plus moderne », nous a confié au téléphone, Arsène Harold Boukita.

On rappelle que les expériences réussies de « l’Ecole à Domicile » pendant le premier confinement, la crise sanitaire oblige, ont convaincu le gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, Denis Sassou N’Guesso et la conduite du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Anatole Collinet Mackosoo, à consolider les acquis du numérique et à poursuivre la politique de la digitalisation dans nos systèmes de gestion.

Nous savons que le défi technologique existe, que les enseignants congolais devront être formés et ne pas avoir peur de la tablette. Nous savons que la question de l’énergie dans nos villages est entière. Nous savons aussi que les tablettes vont s’endommager. Nous savons aussi que la couverture réseau n’est pas tout le temps stable. Mais achetons des sacs rechargeables, des kits scolaires, car le soleil au moins existe au Congo-Brazzaville.

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo-Brazzaville

banner