Congo – Gouvernement : Anatole Collinet Makosso toujours dans le langage de vérité devant les députés

Anatole Collinet Makosso a pris part à sa première séance de questions orales au Gouvernement avec débat en sa qualité de Premier Ministre, Chef du Gouvernement le vendredi 09 juillet 2021 au Palais des Congrès. Le langage de vérité tenu par le premier ministre, face aux députés, continu d’alimenter les discussions dans la population congolaise.

« Seule la vérité est révolutionnaire, car toute politique doit être fondée sur des réalités. »

Ces mots de Lénine qui ont construit une partie de sa jeunesse politique ont sans doute fait corps avec Anatole Collinet Makosso, quand il a conduit son gouvernement devant l’Assemblée nationale vendredi, et qu’il lui a fallu prendre la parole, pour répondre aux préoccupations des députés. 

Dix-neuf questions d’intérêt national ont été posées par les Honorables Députés en recherche de réponses aux préoccupations des citoyens. Le Premier Ministre et les membres du gouvernement interrogés ont répondu à l’ensemble des questions et ont pris acte des différentes suggestions faites pour la résolution des situations en attente de résultats telles que l’éducation, le payement des pensions des retraites, l’enseignement, l’eau et l’électricité ou encore les transports.

Nombre de congolais et parfois les plus sceptiques vis-à-vis de l’action gouvernementale qui ont suivi la séance soit par curiosité ou encore pour constater le changement intervenu à la primature, n’ont pas caché leur satisfaction, suite à la prestation de l’ensemble des membres du gouvernement interpellés, mais surtout le premier ministre.

Un fin limier de l’analyse politique n’a pas caché son satisfécit. « La séance des questions orales au gouvernement m’a, encore une fois, permis de découvrir le langage de vérité du premier ministre Anatole Collinet Makosso. Sans langue de bois, il a dit à la représentation nationale sa part de vérité sur la situation de la compagnie aérienne nationale Ecair, clouée au sol depuis 2016. À la vérité, cette société était l’un des fleurons de l’économie nationale et une mascotte pour le Congo à l’étranger. Les Députés voulaient savoir où se trouvent les 7 Boeing de la flotte d’Ecair ? Gu’elles sont les raisons de sa faillite ? Ils ont proposé au gouvernement de diligenter un audit, afin d’établir les responsabilités pénales des anciens gestionnaires de cette société. Dans un français très facile, le PM, a avoué que la société Ecair s’est écroulée sous le poids de son endettement excessif. Le PM annonce qu’un seul Boeing est de retour sur le Tarmac de l’aéroport international de Maya-Maya et les 6 autres se trouvent immobilisés respectivement en Éthiopie, en Afrique du Sud et en Belgique pour des révisions techniques. En véritable pédagogue, Anatole Collinet Makosso a rassuré les parlementaires que son gouvernement est à la manœuvre afin que la Compagnie Ecair reprenne du service pour être de nouveau au service des couleurs nationales. » Voila qui est dit.

La prestation du Premier Ministre a été également saluée par certains députés qui affichent souvent leur opposition à fleur de peau. Un d’entre eux a commenté : « au moins on sent qu’il est animé par la volonté d’étaler la réalité des choses, sans dissimuler la poussière sous le tapis, afin qu’on puisse ensemble trouver des solutions, sur la base d’un diagnostic clair et sans faux-fuyants. C’est ce que nous voulons ».

Même si le concept de vérité a souvent une défiition controversée, Anatole Collinet Makosso a choisi le postulat le plus simple, celui de la vérité fondée sur des jugements ou des propositions, en conformités aux faits.

Voila qui tel un miroir, reflète les qualités intrinsèques de l’homme et traduit sa personnalité.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner