Congo – Gouvernement : Certains ministres n’auraient plus le cœur à l’ouvrage

Un conseil de cabinet s’est tenu le jeudi 29 avril 2021. Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Clément Mouamba a à l’occasion, interpellé les membres du gouvernement sur le ralentissement de l'activité gouvernementale.

Dans son discours d’investiture, le vendredi 16 avril 2021, le président Denis Sassou N’Guesso recommandait au Gouvernement qui sera mis en place dans les prochains jours de transformer en programme effectif d’action, la vision et les engagements dont il venait de dérouler les grandes lignes.

Dès lors, il apparaissait clairement que l’actuelle équipe gouvernementale serait à terme remplacée par une autre, devant mettre en chantier la vision et les engagements pour lesquels le président de la République a bénéficié du plébiscite de ses concitoyens.

Les us institutionnels sont tels, qu’entre la démission de l’équipe gouvernementale et la mise en place de la nouvelle équipe, il s’applique le principe de la continuité gouvernementale qui permet au gouvernement démissionnaire, de poursuivre ses activités essentielles, même si la bienséance, à défaut de la loi, peuvent en limiter l’étendue.

Or, dans le cas du gouvernement Mouamba actuel, hormis l’annonce du président Denis Sassou N’Guesso, de mettre en place une nouvelle équipe gouvernementale, nul texte n’a été pris par le chef de l’État, mettant fin aux activités du gouvernement tout comme le premier ministre qui n’a nullement « rendu le tablier », est considéré comme étant toujours en place, ce qui est d’ailleurs un fait.

Aussi, l’attitude de certains ministres qui se seraient déjà mis en marge des fonctions dont ils sont toujours investis, serait une faute blâmable car ainsi que le leur a rappelé le premier ministre, « étant des hommes et femmes de devoir, les ministres se doivent de travailler au rythme habituel ».

Il est presque établi qu’au regard de l’agenda édicté par Denis Sassou N’Guesso, les places seront chères dans le futur gouvernement. Aussi, ceux de l'équipe actuelle qui ne s’en sentent pas la carrure et les capacités ou encore qui savent qu’ils trainent un minable bilan de leur passage au gouvernement, préfèrent-ils déjà jeter l’éponge. Même s’il en était ainsi, on ne quitte pas le navire, avant que celui-ci n’ait accosté, surtout qu’il n’y a pas le feu à bord. Chaque chose en son temps.

Alors, mesdames et messieurs les ministres, restez ces femmes et ces hommes de devoir, rompus à la tâche, jusqu’à la passation de consignes avec votre successeur, si jamais, vous êtes débarqué, ou que vous êtes appelé à animer un autre département ministériel. Ne pas vous résoudre au travail, c’est trahir la confiance que le président de la République et le premier ministre avaient initialement placé en vous. C’est à tout le moins, annihiler vos chances d’être reconduits.

En cela, je puis vous dire, tout humour mis à part, que pour l’heure, sur la liste des futurs membres du gouvernement tenue par le président de la République que j’ai vue et dont je suis tenu de garder le secret jusqu’à sa publication, tous les noms qui y figurent sont inscrits au crayon et la gomme n’est pas bien loin. Il peut toujours gommer pour remplacer le vôtre, à moins que votre attitude désinvolte de ces derniers jours dans le travail, fasse qu’il le gomme définitivement. Je vous aurai prévenus.

Bertrand BOUKAKA/Les Échos du Congo-Brazzaville

banner