Denis Sassou N’Guesso médiateur en chef dans la crise entre la RDC et la Zambie

L'enjeu est double pour le président congolais, Denis Sassou N’Guesso : arrêter les tensions entre la RDC et la Zambie, Kinshasa accuse son voisin de convoiter son territoire et d'avoir à plusieurs reprises fait des incursions en territoire congolais, et asseoir un peu plus sa stature internationale. Lors de l’audience entre le ministre congolais des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso et le président la RDC, Félix Tshisekedi, le numéro un de la RDC a dit apprécier jeudi la démarche initiée par son homologue du Congo-Brazzaville, qui est actuellement à la tête de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs.

Denis Sassou-N’Guesso envisage, dans les tous prochains jours, une quadripartite à laquelle devront participer la Zambie et la RDC, pays opposés depuis peu par un différend frontalier.

À cette réunion sera également invité le zimbabwéen Emmerson Mnangagwa pour le compte de la Sadec.

Et c'est dans ce cadre que le patron de la diplomatie congolaise, Jean-Claude Gakosso est attendu ce vendredi à Harare, la capitale du Zimbabwe.

Mercredi, il était à Lusaka où il a rencontré le président zambien, Edgar Lungu. Ce dernier ne serait pas opposé à la démarche du président Sassou-N’Guesso de ramener la paix et la sérénité entre les deux pays amis.

Il sied de rappeler que c’est à partir du 13 mars dernier que les forces zambiennes occupent plusieurs villages riverains du lac Tanganika dans le territoire de Moba. C’est le cas des villages Kibanga, Libondwe et Kalibamba dans le groupement Muliro situé à environ 300 km à l’Est de la cité de Moba. Les militaires congolais sont quant à eux, retranchés à Muliro-centre avec un État-major basé à Moba centre pour contrôler cette partie du Sud-est du territoire de Moba.

Le député national Jean Manda a confirmé récemment la présence des troupes zambiennes à Muliro, en territoire de Moba après son sejour dans la région.

« Les forces zambiennes occupent certains villages du Congo à Moliro et même des villages que la Zambie n’occupait même pas auparavant comme Kapingu. Maintenant elle est revenue en force. Elle a positionné même des engins de guerre là-bas. Est-ce que la partie congolaise qu’occupe actuellement la Zambie a été cédée à la Zambie avec quelle négociation ? Qui ont participé à ces négociations ? », a-t-il déploré.

Jack de MAÏSSA / Les Echos du Congo-Brazzaville